La qualification s'annonce excitante

MONACO Tandis que la majorité des pilotes exerçait son lever de coude au golf voisin (on n'a pas encore gagné assez d'espace sur la mer pour construire un terrain en Principauté, mais cela pourrait venir!) ou dans les traditionnelles mondanités égayant les yachts et grands hôtels de la ville, les ingénieurs de F 1, eux, ont passé leur vendredi à se creuser les méninges.

Mais toute la puissance des ordinateurs de Bill Gates ne fut sans doute pas suffisante pour analyser les données enregistrées lors des essais de jeudi, introduire les différents paramètres dont il faut tenir compte ici comme les gros risques d'embouteillages, le lourd handicap d'un ravitaillement (surtout avec la nouvelle délimitation des entrée et sortie de pitlane), l'usure des pneus, sans oublier la météo, et résoudre ensuite l'équation rendue impossible par la nouvelle réglementation pour trouver une stratégie idéale n'existant visiblement pas. Ou alors aussi difficile à trouver par calculs logiques que les six chiffres du lotto. LA SUITE DANS NOTRE SPECIAL GP MONACO - CLIQUEZ CI-DESSOUS...