Après deux gros mois de négociations, de rumeurs, de spéculations et de démentis depuis l’annonce, le 27 juin dernier, du retrait de la F1 de Mark Webber, Red Bull a enfin confirmé officiellement lundi soir le nom de son remplaçant. Ce n’est plus un scoop depuis la fin des tractations avec Kimi Raikkonen voici trois semaines : l’heureux élu s’appelle Daniel Ricciardo.

Champion en Formula Renault en 2006 puis en F3 britannique en 2008 quand il fut intégré dans la filière Red Bull, vice-champion des World Series by Renault en 2010, cet Australien de 23 ans a débuté en F1 en 2011 au sein de la défunte écurie HRT avant de passer chez Toro Rosso la saison suivante. Quatorzième du présent Championnat, il affiche aujourd’hui 41 Grands Prix au compteur avec une 7e place au dernier GP de Chine pour meilleur résultat.

"Daniel est un pilote de grand talent !" s’est exclamé le directeur sportif de l’écurie triple championne du monde, Christian Horner. "C’est quelqu’un de très engagé, il a eu une belle attitude et au final, choisir Daniel est logique pour nous. C’est actuellement le meilleur représentant de notre filière. Il est tout à fait capable de remporter des courses et des Championnats."

"Daniel sait ce que nous attendons de lui", poursuit le boss britannique. "Il va rapidement apprendre. Il représente pour nous un pari sur le moyen et le long terme. Un volant dans notre équipe est pour lui une chance merveilleuse et je pense qu’il sera une grande star dans le futur."

Red Bull a donc privilégié la promotion interne, comme elle l’a fait avec bonheur pour Vettel en 2009. "Ce choix de la jeunesse me rappelle un peu celui que nous avions fait chez Williams en titularisant le réserviste Damon Hill aux côtés d’Alain Prost en 1993", a indiqué Adrian Newey. "Et trois ans plus tard, il était sacré champion du monde."

"Évidemment, je suis très enthousiaste", a déclaré, pour sa part, le toujours souriant Daniel Ricciardo en apprenant la confirmation de sa promotion. "J’espérais ce moment depuis mes débuts en F1 voici deux ans. L’année prochaine, je serai dans une équipe championne du monde, probablement la meilleure. On attendra beaucoup de ma part, mais je suis prêt pour cela. Je ne suis pas ici pour terminer à la 10e place. Je suis réserviste chez Red Bull depuis 2010, cela devrait rendre la transition plus facile."

Et le pilotes des Antipodes d’ajouter : "Affronter Sebastian Vettel à armes égales constitue un grand défi que je suis impatient de relever."

Par le petit jeu de baquets musicaux, le Portugais Antonio Félix Da Costa, actuellement 3e de la FR3.5 World Series et lui aussi pilote issu de la filière qui donne des ailes, est en pole pour devenir le nouvel équipier de Jean-Eric Vergne l’an prochain chez Toro Rosso.

O. d.W.