"Formula 1 peut confirmer qu'elle a mis fin à son contrat avec le promoteur du Grand Prix de Russie, ce qui signifie que la Russie n'aura plus de course à l'avenir", a indiqué le promoteur de la F1, Formula One, à la presse.

La décision fait suite à l'annonce de la semaine dernière d'annuler le GP de Russie 2022 prévu fin septembre après l'invasion russe en Ukraine. Il devait être le dernier organisé à Sotchi avant de déménager dès 2023 à Saint-Pétersbourg.

L'annonce de jeudi s'inscrit dans une série de mesures prises par différentes instances internationales à l'encontre du sport russe, après l'intervention militaire de la Russie en Ukraine.

Lundi, le Comité international olympique (CIO) avait recommandé de bannir Russes et Bélarusses des compétitions sportives, rompant ainsi avec une longue tradition de non-intervention dans les débats politiques ou géopolitiques.

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) a, de son côté, décidé d'autoriser les pilotes russes ou bélarusses à participer sous drapeau neutre aux compétitions qu'elle régule, comme la Formule 1.

Toutefois, "aucune compétition internationale n'aura lieu en Russie et au Bélarus, jusqu'à nouvel ordre" et "aucun drapeau/symbole ou hymne de la Russie/Bélarus ne sera utilisé dans les compétitions internationales jusqu'à nouvel ordre", avait-elle aussi indiqué plus tôt cette semaine.

La fédération britannique (Motorsport UK) est allée plus loin mercredi, interdisant aux pilotes russes ou bélarusses de concourir au Royaume-Uni.

En conséquence, le Russe de 22 ans Nikita Mazepin (Haas), dont l'avenir même en F1 reste flou, ne pourra pas participer au Grand Prix de Grande-Bretagne, prévu le 3 juillet.

L'avenir même du pilote en F1 est incertain, lié au sort du partenariat entre son écurie américaine Haas et son sponsor principal russe, le groupe Uralkali, spécialisé dans la production de potasse.

Pilote "payant" arrivé l'an dernier en F1, Mazepin est le fils du milliardaire et oligarque russe Dmitry Mazepin, actionnaire d'Uralkali, arrivé en même temps comme sponsor titre de l'équipe.

Pour la dernière journée des essais de pré-saison à Barcelone vendredi dernier, Haas avait enlevé les couleurs russes d'Uralkali, qu'arborent habituellement sa monoplace. Une décision concernant le partenariat à long terme entre les deux parties devait être prise cette semaine.