On attend l'officialisation de la FIA dans les heures à venir...

L'annonce ce midi du forfait de l'écurie McLaren après qu'un membre de son personnel ait été contrôlé positif au coronavirus a amplifié encore le climat de psychose régnant dans le paddock de Melbourne. Les déclarations chocs du sextuple champion du monde ont aussi mis la pression sur la FIA et les autres teams. "Je suis choqué que nous soyons là assis à discuter alors que dehors les gens s'inquiètent pour leur santé. Moi aussi je suis inquiet, mais l'argent est roi...," a osé dire le Britannique. "Si la décision ne dépendait que de nous, nous ne serions pas venus," a indiqué pour sa part Kimi Raikkonen au nom de pas mal de teams et de pilotes. "Ce matin Donald Trump a fermé l'accès aux Etats-Unis et nous nous préparons à faire la course comme si de rien n'était. Ce n'est pas normal," a rajouté Hamilton.

Dans la foulée, les patrons d'écurie ont eu une réunion avec la FIA et les dirigeants de Liberty Media. Et l'avis de la majorité des teams préférant ne pas disputer le GP ce week-end aurait été écouté a révélé le magazine référence du sport auto Autosport.com présent sur place en citant "des sources dignes de foi". On n'attend donc plus que le communiqué officiel signé par toutes les écuries. La raison l'emporte sur la passion, le coronavirus sur le virus du sport auto, la santé publique prime sur les énormes intérêts financiers et la vie sur les risques de morts aussi infimes peuvent-ils être. Une sage décision même si elle désolera des millions de passionnés. Faire la course n'avait pas beaucoup de sens non plus quand une partie du monde se met en quarantaine. 

Mais il s'agit bien ici d'un cas de force majeure. Comme dans le cas de la Chine et bientôt du Vietnam, on parle pour l'instant d'un report et non pas d'une annulation pure et simple. Mais il sera difficile de reprogrammer en fin d'année tous ces événements. Pour autant que la pandémie soit achevée d'ici là...