Il est l’espoir de tout un pays. Pour la première fois depuis 2014, le Japon va enfin avoir un représentant en Formule 1. Pour un pays qui adore la discipline, six années sans titulaire en Grands Prix, c’est une éternité. Mais avec Yuki Tsunoda, le Soleil Levant dispose assurément du grand pilote qui lui manque depuis le dieu Takuma Sato.

Pas que Kazuki Nakajima et Kamui Kobayashi étaient mauvais mais ils n’avaient pas ce côté tête brûlée, limite kamikaze comme dans le film Tora ! Tora ! Tora ! qui a fait le charme de Taku-san. Avec Tsunoda, les Nippons ont un sacré client. L’ascension de ce jeunot haut comme trois pommes (il mesure 1 m 59 !) a été fulgurante. Il n’a certes pas été champion en F3 FIA ni en F2, mais il s’est à chaque fois battu aux avant-postes et a entamé ses saisons en fanfare.

"Pour moi, Yuki est meilleur que Mick Schumacher", révèle Trevor Carlin, qui l’a fait rouler dans l’antichambre de la F1. "Il était aussi rapide que lui et aurait pu être champion s’il s’était montré plus régulier. Quand je vois sa flamboyance, il fait partie des meilleurs pilotes que j’ai eu l’occasion d’engager en monoplace." La classe !

Honda attend beaucoup de sa pépite. Ironie du sort, il aura fallu attendre la dernière année d’implication officielle en F1 du géant asiatique pour que celui-ci parvienne enfin à placer un de ses protégés dans la catégorie-reine. Ce ne fut pas faute d’essayer pour la firme au H. Takuya Izawa, Nobuharu Matsushita, Tadasuke Makino et Nirei Fukuzumi ont tous été renvoyés chez eux, parfois après moult tentatives en Europe. Avec Tsunoda, elle touche enfin au but. Gageons qu’il y aura beaucoup de pression de la part de Tokyo qui veut voir son protégé ne pas être largué face à Pierre Gasly. En plus d’être l’espoir de tout un peuple, Yuki incarne la légitimité du programme Formula Dream de Honda.

Avec ce stoïcisme très nippon qui le caractérise, Tsunoda fait preuve d’objectifs modérés pour débuter la saison. Presque timides au regard de son étonnant 2e chrono en essais hivernaux. "Je ne ressens aucune pression. Je me sens bien dans l’AlphaTauri. Je veux marquer des points aussi rapidement que possible. Mais je n’ai pas d’attentes particulières pour le moment."

Quoi qu’il arrive, le benjamin du peloton vaudra le détour, c’est certain !