Les sept teams non-Ferrari se disent "surpris et choqués" par les conclusions de l'enquête de la FIA sur la conformité du moteur Ferrari

La majorité des patrons avait déjà réagi instantanément par voie de presse ou sur les réseaux sociaux. Mais c'est désormais de manière officielle que les sept teams non propulsés par un moteur Ferrari (donc tous le plateau à l'exception de la Scuderia et de ses deux clients Alfa Romeo et Haas) ont co-signé un communiqué officiel envoyé par toutes les écuries aux medias et dans lequel ils soulignent qu'une "fédération internationale à la responsabilité d'agir avec intégrité et transparence."

Après des mois d'investigations menées suite à des plaintes de certains teams concernant la conformité du moteur Ferrari, les teams "s'opposent fermement (ndlr: à juste titre) à ce que l'affaire se conclue par un accord confidentiel entre la FIA et la Scuderia."

Rien que cette dernière phrase peut laisser en effet supposer que le moteur n'était pas vraiment légal et qu'un "arrangement entre amis" (rappelons que le président de la FIA Jean Todt est l'ancien directeur de la Scuderia) a dû être trouvé pour "étouffer l'affaire".

"Nous exigeons que tous les concurrents de notre sport soient traités de manière honnête et équitable," poursuit le communiqué envoyé par Mercedes, Red Bull, Renault, McLaren, Williams, AlphaTauri et Racing Point. "Nous faisons cela au nom des fans, de tous les participants mais aussi des dirigeants de la F1. En prime, nous nous réservons le droit, le cas échéant, de porter l'affaire devant les tribunaux compétents."

Il n'y a décidément pas que le coronavirus qui menace en ce début de saison de F1. Les teams ont aujourd'hui officiellement déclaré la guerre à la FIA avec des mots durs. Gageons que cette grosse affaire de privilèges aura des suites et conséquences. Et sera un sujet de conversation houleux dans le paddock de Melbourne...