Quelques grands champions ont tenté l'aventure. Avec des fortunes diverses


BRUXELLES L'annonce mercredi du retour de l'Allemand Michael, à 40 ans, au volant d'une Ferrari en remplacement du Brésilien Felipe Massa accidenté, n'est pas un événement unique.

Quelques grands champions ont tenté l'aventure. Avec des fortunes diverses.

Automobile - F1

Alain Prost. Remercié par Ferrari, sans volant pour la saison 1992, le pilote français, alors triple champion du monde, prend une année sabbatique. Il retrouvera les circuits en 1993 pour enlever une quatrième couronne avec Williams-Renault, avant de raccrocher définitivement.

Basket-ball

Michael Jordan. Après un petit tour par le base-ball (où il n'a pas laissé un souvenir impérissable), "Air Jordan" sort d'une retraite de 17 mois, de 1993 à 1995, pour donner trois nouveaux titres NBA aux Chicago Bulls, son club de toujours.

Cyclisme

Lance Armstrong. Un peu plus de trois ans après une première retraite prise au soir d'une septième victoire dans le Tour de France, le champion américain, 37 ans, a repris la compétition et pris la 3e place de la dernière Grande Boucle.

Boxe

Mohammed Ali. Véritable légende vivante, Ali prend sa retraite après avoir repris son titre mondial des lourds à Leon Spinks le 15 septembre 1978. La parenthèse ne durera que deux ans. Il remet les gants à 39 ans, le temps d'encaisser, en octobre 1981, une sévère défaite (abandon 11e) des poings de Larry Holmes.

George Foreman. Champion olympique des lourds à 19 ans en 1968, le futur pasteur devient champion du monde en 1973 en battant Joe Frazier, puis cède le titre à Mohammed Ali l'année suivante. Eloigné des rings pendant une douzaine d'années, il fait son retour en 1991. En 1994, à 45 ans, il devient le plus vieux champion du monde de l'histoire en battant Michael Moorer par KO.

Football

Pelé. A 34 ans, le légendaire Brésilien aux trois Coupes du monde range définitivement le maillot de Santos, le club de sa vie, fin 1974. Six mois plus tard, il endosse celui du Cosmos de New York, avec lequel il remportera le titre nord-américain.

Natation

Dara Torres. La championne des faux adieux, avec ses deux départs et ses deux retours gagnants. Le dernier à Pékin, à 41 ans, n'est pas passé inaperçu avec trois médailles d'argent sur 50 m libre et avec les relais 4x100 m libre, et 4x100 m 4 nages. Palmarès de l'Américaine: douze médailles olympiques.
Torres avait participé aux Jeux de Los Angeles (1984), Séoul (1988), Barcelone (1992) et Sydney (2000). A 25 ans, elle décide d'arrêter, après Barcelone. Mais en 1999, elle replonge, et remporte cinq médailles à Sydney. De nouveau, elle raccroche pour reprendre des études et donner naissance à une petite Tessa en avril 2006. Pour la deuxième fois, elle choisit de revenir, quelques mois après la naissance de sa fille.

Patinage artistique

Katarina Witt. L'Allemande de l'Est a tout gagné, deux titres olympiques, quatre mondiaux et six européens quand elle raccroche les patins, en 1988, l'année de ses 23 ans. Six ans plus tard, elle revient aux JO de Lillehammer, le temps d'une septième place qui n'ajoutera rien à sa gloire.

Jayne Torvill - Christopher Dean. Les inoubliables champions olympiques de Sarajevo, en 1984, remontent sur la glace dix ans après avoir pris leur retraite sportive, pour enlever la médaille de bronze en danse sur glace aux Jeux de Lillehammer. A 35 et 36 ans, les Britanniques restent des patineurs d'exception et Dean un chorégraphe de génie.

Tennis

Bjorn Borg. Retraité à 25 ans, gavé de succès (6 Roland-Garros et 5 Wimbledon), le Suédois a tenté un retour pathétique dix ans plus tard, au début des années 90. Armé de sa vieille raquette en bois, il n'a pas gagné le moindre match en une douzaine de tournois.

Martina Navratilova. L'Américaine quitte le circuit en 1994, à 38 ans, après avoir amassé 18 titres du Grand Chelem en simple. Elle ne tiendra que six ans loin des courts avant de se remettre à jouer en double, pour enlever trois nouveaux titres majeurs en double mixte, à l'Open d'Australie et Wimbledon en 2003 avec Leander Paes, et à l'US Open en 2006 avec Bob Bryan, à quelques semaines de ses 50 ans.

Martina Hingis. Minée par les blessures, la Suissesse met un terme à sa carrière en 2003, à 23 ans. Trois ans plus tard, elle est de retour. Elle rejouera deux saisons, le temps de gagner trois tournois en simple, plus le double mixte de l'Open d'Australie 2006 avec Mahesh Bhupathi. L'aventure se termine en 2007 avec un contrôle positif à la cocaïne pendant Wimbledon.

© La Dernière Heure 2009