Sécurité ne rime pas toujours avec plaisir pour notre ex-pilote de F1

FRANCORCHAMPS Francorchamps plus beau circuit du monde ? C'est ce qu'en général les pilotes clament en choeur. Mais selon notre compatriote Eric Van de Poele, monté récemment sur les podiums des 24H et des 1000 km, les nouveaux aménagements ne vont pas tous dans le bon sens.

Entrée de la pitlane : "On ne sait pas s'y doubler et l'entrée s'y fait à l'aveugle. Si une monoplace tombe en panne à cet endroit, elle bloquera inévitablement les autres. Cela reste délicat mais cela a été homologué de la sorte par le directeur de course de la F1."

Nouvelle chicane : "Trop aux normes F1. Trop lente. Je ne l'aurais pas dessinée aussi serrée. Ils ont mis du gazon synthétique à l'extérieur de manière à ce que les F1 ne passent pas au-delà du vibreur comme nous le faisions avec les GT aux 24H."

Dégagement Stavelot : "Les journalistes pourront y jouer au football pendant la course tant il est grand et inutile. À la limite, c'est plus dangereux comme cela car la voiture prend de l'angle avant de taper."

Dégagement Source : "On freine désormais face à un mur en béton non-amovible. Avant, il y avait une échappatoire en remontant vers la route. Si un pilote se retrouve sans freins à cet endroit, il risque de se faire fort mal."

Écoulement ligne droite : "Le revêtement est uniformément plat et incliné vers les stands. En cas de fortes pluies, comme lors des 24H de Spa fin juillet, on a l'impression de traverser un lac. Plus aucune partie de l'auto n'a de contact avec le sol et on glisse. Avec une GT de 1200 kilos, à 70 km/h, je partais en aquaplaning. Alors je n'ose imaginer ce qui arriverait avec une F1 de 550 kg. D'ailleurs, lors des essais privés de F1, personne ne s'est risqué à sortir durant la grosse averse. Coulthard m'a confirmé que c'était pratiquement impossible de rouler dans ces conditions. S'il pleut, il faudra arrêter la course ou sortir la voiture de sécurité. Je ne comprends pas pourquoi ils n'ont pas mis un revêtement absorbant comme sur les autoroutes."

Raidillon et Blanchimont : "Les F1 ont tellement progressé que cela manque de challenge. Avec les monoplaces actuelles, le Raidillon se négocie comme une ligne droite, à près de 300 km/h. Il n'y a plus de réelle difficulté. Et Blanchimont aussi est trop facilement à fond, même sous la pluie. Le virage le plus excitant aujourd'hui est le double gauche, Pouhon. Pour rendre le circuit plus intéressant, pour permettre à nouveau aux meilleurs pilotes de faire la différence, il faudrait resserrer les virages sans changer la vitesse. Moi, je déplacerais la corde, en bas à droite du Raidillon, vers la gauche afin de redessiner un vrai virage. Ce serait moins rapide mais nettement plus spectaculaire."

Mais malgré ces critiques transmises directement aux responsables du circuit voici quelques mois, Tintin tient à conclure : "Francorchamps reste l'un des plus beaux circuits au monde, un de mes préférés. Il faut prendre mes critiques dans un sens constructif."



© La Dernière Heure 2007