Formule 1 Le vainqueur des sept doublés de l'Albert Park à chaque fois sacré en fin d'année

Va-t-on assister à une nouvelle saison de F1 dominée par Mercedes? En spectateur neutre et dans l'intérêt du suspense et du spectacle, on espère franchement que non. Les récentes statistiques du GP d'Australie vont pourtant dans ce sens.

A chaque fois qu'une écurie a signé le doublé lors du premier GP à Melbourne, elle a été sacré en fin d'année. Depuis 1996, soit en 23 éditions, cela est arrivé sept fois: avec les Williams-Renault de Hill-Villeneuve en 1996, les McLaren-Mercedes de Hakkinen-Coulthard en 1998, les Ferrari de Schumacher-Barrichello en 2000 et 2004, la Brawn-Mercedes en 2009 avec Button-Barrichello et enfin les Mercedes de Hamilton-Rosberg (2015) et Rosberg-Hamilton en 2016.

Et l'on constate aussi que lorsqu'il y a eu doublé autour de l'Albert Park, le vainqueur a chaque fois été couronné la même année. Simple coïncidence? Voilà en tous cas une statistique qui doit plaire au Finlandais Valtteri Bottas, lauréat dimanche dernier devant son équipier.

Le Nordique peut-il réellement imiter son compatriote Nico Rosberg il y a trois ans en venant à bout du légendaire Britannique? Sur le papier tout est possible bien sûr. Mais honnêtement, sur l'ensemble d'un championnat, nous ne le pensons pas. A un moment où l'autre, le quintuple champion et/ou la politique reprendra le dessus. Brillant dimanche dernier, Valtteri pourrait plutôt rejoindre Eddie Irvine (1999), David Coulthard (2003) ou Giancarlo Fisichella (2005), les trois seuls héros de Melbourne n'ayant jamais tressé les lauriers.