La première ligne sera 100 % Mercedes ce dimanche…

Les Flèches d’Argent ont une nouvelle fois fait le travail lors des qualifications du Grand Prix d’Australie. Lewis Hamilton a décroché la pole position en 1:20.598. Le champion du monde en titre a délogé son équipier Valtteri Bottas lors de sa dernière tentative, le Finlandais n’échouant finalement qu’à six dixièmes. Les deux Mercedes W10 monopolisent donc la première ligne et sont bien partie pour entamer 2019 là où elles ont achevé 2018 : en flèche.

La deuxième ligne sera teintée de rouge et de bleu. Sebastian Vettel a réalisé le troisième chrono et sera en embuscade au volant de sa Ferrari. On était cependant désemparé dans le fief de l’Allemand après des essais hivernaux où les monoplaces rouges avaient dominé leur sujet. Max Verstappen a de nouveau fait le spectacle en signant le quatrième temps pour le compte de Red Bull-Honda, démontrant le mariage entre le team autrichien et le motoriste nippon fonctionne.

Après avoir signé le meilleur temps de la Q1, Charles Leclerc doit se contenter du cinquième temps. La nouvelle recrue de Ferrari aura à ses côtés la Haas de Romain Grosjean. Kevin Magnussen hisse la deuxième monoplace de l’équipe américaine au septième rang. Très beau huitième chrono pour Lando Norris pour sa première qualification en F1 au volant de la McLaren-Renault. Kimi Räikkönen (Alfa Romeo) et Sergio Pérez (Racing Point) entrent dans les dix premiers.

Alors qu’on les attendait dans le Top 10, les deux Renault R.S.19 ont finalement été éliminées en Q2. Nico Hülkenberg a décroché le 11e chrono devant son équipier Daniel Ricciardo. Belle qualification du néophyte Alex Albon (Toro Rosso) qui a fini la séance avec le 13e temps, le Thaïlandais précédant Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) et son équipier Daniil Kvyat (Toro Rosso).

La grosse surprise de ce samedi est l’élimination en Q1 de la Red Bull-Honda de Pierre Gasly. Le Français a été victime d’un cafouillage stratégique de son écurie qui ne l’a pas fait sortir au moment opportun. Il devance Carlos Sainz (McLaren) qui aurait été gêné par Robert Kubica (Williams), lanterne rouge du classement derrière son équipier George Russell.