Jean Todt ne pourra plus être réélu au poste de président de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA) à l'issue de son mandat actuel qui s'achève en 2021.

Les statuts de la FIA ne le permettent pas. Le successeur du Français, qui aura occupé la fonction pendant douze ans (trois mandats de quatre ans) n'est pas encore connu, mais il est certain qu'il ne sera pas remplacé par l'Italien Luca di Montezemolo. L'ancien président de Ferrari a déclaré au site FormulaPassion.it qu'il ne succéderait pas à Todt. "J'ai lu cette hypothèse. J'exclus que la présidence de la FIA puisse être une de mes intentions ou possibilités", a-t-il déclaré.

Les autres noms qui circulent pour succéder à Jean Todt sont l'Anglais Graham Stoker, un éminent avocat spécialiste du droit du sport, bras droit de Todt; David Richards, actuel président du sport automobile au Royaume-Uni; l'Espagnol Alejandro Agag, patron de la Formule E et enfin Mohammed bin Sulayem de Dubaï, impliqué dans le monde des courses automobiles après une longue carrière en rallyes.