McLaren s'en tire à bon compte

Formule 1

Olivier de Wilde

Publié le

McLaren s'en tire à bon compte
© AP

Exclusion du championnat constructeurs assortie d'une lourde amende pour l'écurie de Ron Dennis


GP Belgique: Raikko le plus rapide aux 1ers essais


PARIS Réunis pour la seconde fois, hier à Paris, pour juger l'affaire d'espionnage opposant McLaren à Ferrari, les 26 membres du Conseil mondial ont rendu leur verdict au terme d'un long après-midi de suspense.

Après avoir découvert les nouveaux éléments dans les mains de la FIA, notamment le fameux courrier électronique échangé entre Pedro De La Rosa et Fernando Alonso, écouté plusieurs témoignages (Ross Brawn mais aussi Lewis Hamilton étaient présents) ainsi que la défen- se de Ron Dennis et de Norbert Haug (Mercedes), le jury présidé par Max Mosley a délibéré durant près de deux heures. Avant de faire connaître sa sentence peu après 19 h.

Et cette fois plus de clémence. Face à des preuves, écrites, de transgression de l'article 151c du Code sportif international, convaincu de l'ulisation par McLaren-Mercedes d'une partie du savoir-faire et documents secrets de Ferrari, le Conseil mondial a appliqué une sanction exemplaire :

"Le Conseil mondial a annulé tous les points constructeurs (166) marqués en 2007 par l'écurie McLaren-Mercedes tout en lui interdisant de scorer lors des quatre derniers GP."

La punition la plus attendue et la plus logique en cas de condamnation. Une gifle pour Ron Dennis et les siens mais rien de grave pour la F1 et le grand public ne prêtant guère d'attention à la compétition des marques. Une peine agrémentée d'une amende de 72 millions d'euros, soit environ 28 millions à réellement débourser plus un manque à gagner de 44 millions équivalent aux primes FOM dont ils seront privés.

"Après vérification du dossier technique de la McLaren-Mercedes 2008, le Conseil mondial décidera, en décembre prochain, si une pénalité sera également imposée pour la prochaine saison."

De quoi, sans doute, décourager Ron Dennis d'user son droit d'appel. Car le risque de voir la situation s'aggraver reste réel.

Et les pilotes ? Comme Max Mosley l'avait promis dans la lettre adressée à Fernando Alonso et Lewis Hamilton (lequel a confirmé hier qu'il était également au courant des infos volées à Ferrari), ils ont bénéficié de l'immunité présidentielle en échange d'une collaboration grâce à laquelle la vérité a pu éclater. L'Espagnol et le Britannique pourront donc poursuivre leur duel pour le titre pilotes. L'honneur et le sport sont saufs. Enfin façon de parler...



© La Dernière Heure 2007

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info