Ces derniers temps, le directeur de course Michael Masi et les différents commissaires sportifs n'ont pas été épargnés. Il a notamment été reproché à l'Australien et son équipe d'infliger des sanctions soit trop coulantes soit trop sévères. Certains ont même eu le sentiment que Masi, qualifié tantôt d'incompétent tantôt de subjectif, tentait de trouver le juste milieu pour maintenir le suspense jusqu'à la dernière course de l'année.

Conscient qu'un titre mondial se jouant sur tapis vert serait une bien triste fin à une saison grandiose, le successeur de Charlie Whiting a la ferme intention de se montrer sans pitié vis-à-vis de Verstappen et Hamilton. Le premier cité pourrait s'assurer de la couronne en cas de double abandon. Si jamais l'idée de mettre son rival au tapis devait traverser l'esprit du pilote Red Bull, Masi a rappelé que la FIA avait le pouvoir de retirer des points à un fauteur de trouble, voire de le disqualifier du championnat comme ce fut le cas pour Michael Schumacher en 1997, l'Allemand ayant provoqué délibérément un accrochage à l'encontre de Jacques Villeneuve à Jérez.

"Je ne peux pas contrôler les actions de Max et Lewis, seuls eux peuvent se canaliser", a déclaré l'Australien. "Mais dans le cadre du règlement sportif, nous pouvons leur infliger des pénalités, que ça soit de temps ou sur la grille. De plus, le Code Sportif International prévoit que les commissaires peuvent disqualifier un concurrent du championnat ou lui retirer des points."

"Donc, oui, ils pourraient se voir retirer des points, comme n’importe qui", insiste Masi. "Nous espérons que ce ne sera pas nécessaire. Mais c’est l’un des outils disponibles. Je vais rappeler ces points à toutes les équipes et à tous les pilotes."

"J’espère que le championnat ne se décidera pas chez les commissaires, mais avec les deux gars en piste. Cela dépend d’eux et de personne d’autre."