Si ni la FIA ni la Formule 1 n'ont fait de communication officielle à ce sujet, un document posté par la Fédération Internationale de l'Automobile a mis la puce à l'oreille. L'élection de Mohammed Ben Sulayem à la présidence de l'organe régissant le sport automobile mondial a provoqué un remaniement des cadres et un nouvel organigramme qui a été diffusé pour le mois de janvier 2022. Jusqu'alors à la tête de la Commission monoplaces pour les questions sportives, Michael Masi brille par son absence sur le document en question.

On peut y voir une conséquence aux événements du Grand Prix d'Abou Dhabi où Lewis Hamilton a perdu le titre dans le dernier tour face à Max Verstappen qui a profité des décisions hasardeuses de Masi qui officie comme directeur de course pour la Formule 1. En effet, la FIA avait promis l'ouverture d'une enquête et des conséquences bien que Mercedes ait retiré son appel.

Lewis Hamilton n'a toujours pas confirmé sa présence au départ de la saison 2022, le Britannique s'estimant spolié par Masi. Voir le septuple champion du monde boycotter la F1 aurait été un affront terrible pour la FIA vu l'aura du pilote Mercedes dans le monde entier.

Pour assurer la présence de son champion au départ de la campagne à venir, Toto Wolff, qui soutient mordicus LH44, aurait exigé que des têtes soient coupées, le premier visé étant évidemment le remplaçant de Charlie Whiting à qui Ben Sulayem aurait gentiment montré la porte afin d'apaiser Hamilton et son patron.

Il convient de préciser que la fonction de responsable de la Commission monoplaces pour les questions sportives n'est pas un synonyme pour directeur de course des Grands Prix de F1. Toutefois, on imagine mal la FIA laisser Masi aux rênes des courses de F1 pour 2022, ce qui ne diminuerait en rien la grogne du camp Mercedes.

On notera par ailleurs que Nikolas Tombazis, alter ego de Masi sur les questions techniques, disparait également de l'organigramme. Le Français aurait en effet imposé des modifications visant à ralentir les W12 de la saison 2021, ce qui a moyennement plus à Mercedes. Masi et lui sont momentanément remplacés au sein de la Commission monoplaces par Peter Bayer qui cumule cette fonction avec celle de secrétaire général pour les sports mécaniques.

Enfin, on ne connait toujours pas le successeur d'Yves Matton à la tête de la Commission rallyes, un "TBR" apparaissant à la place du nom du Hutois.