Et si les Red Bull avaient bel et bien caché leur jeu lors des essais libres du Grand Prix d'Abou Dhabi ? Si Lewis Hamilton avait signé le meilleur temps lors des deux séances d'essais libres, Max Verstappen a répliqué avec la pole position à l'issue des qualifications. Autant dire qu'il s'agit peut-être de la plus importante de la carrière du Hollandais. Au sein de l'écurie autrichienne, les grises mines de la veille se sont effacées au profit de visages radieux. Dans le paddock, les représentants du taureau rouge se gargarisent.

"J’étais détendu avant la qualification", commente Verstappen. "J'ai donné le meilleur de moi-même et mon équipe m’a donné la meilleure voiture possible, on l’a fait toute l’année et encore une fois aujourd’hui, ça a très bien marché. C’est un feeling incroyable, on a bien amélioré la voiture pour la qualification car il y a eu des hauts et des bas ce week-end. Je suis incroyablement heureux, c’est ce qu’on voulait. Ce n’est jamais facile, surtout avec la forme de Mercedes ces dernières courses. J’ai hâte d’être demain car ce sera le plus important. C’est très important de prendre un bon départ et à partir de là, on essaiera de faire au mieux en course, et on verra où l’on finit".

La pole de Verstappen a été facilitée, il est vrai, par le coup de main précieux donné par Sergio Pérez. Le Mexicain a donné l'aspiration aux moments adéquats pour permettre à "Mad Max" de gagner quelques km/h bien précieux. Parfois décrié ces derniers temps, l'ex-pilote Racing Point a parfaitement rempli sa mission de porteur d'eau.

"Je suis très content de la pole de Max", admet Pérez. "C’était le plan établi entre nous et il a parfaitement bien fonctionné. Pour moi, la Q3 était plus difficile à faire avec ce coup de main à donner en plus et je finis plus loin que d’habitude de lui. Mais quatrième demeure une bonne position. J’ai de meilleurs réglages pour la course et je suis devant Valtteri. C’est une bonne journée pour nous".

Dans le fief de Christian Horner, on a sué à grosse goutes mais on y est finalement arrivés. "Après la Q1, je pensais que la pole ne serait pas possible", avoue le directeur de RBR. "Mais la Q2 nous a redonné de l’espoir. Les deux tours de Max en Q3 étaient exceptionnels et bien sûr, Sergio travaillant avec son coéquipier pour lui donner cette aspiration dans les deux lignes droites, c’était un travail d’équipe absolument parfait aujourd’hui. Max aurait pu y arriver sans car l’aspiration lui a donné un ou deux dixièmes maximum".

La joie était bien moins présente chez Mercedes. Lewis Hamilton préfère toutefois ne pas s'enflammer, en vieux routier de la F1 qu'il est. Certes, Verstappen et Red Bull ont porté un coup au moral de la concurrence mais c'est dimanche soir que ça comptera vraiment, après tout. Le Britannique part de surcroît avec les gommes médiums et pourrait faire paniquer son rival sur la distance.

"Je me sens bien, je suis heureux d’être en première ligne", commente Lewis. "Je peux voir mon adversaire. Évidemment, ça va être un peu plus difficile au départ avec le pneu medium par rapport au pneu tendre. Néanmoins, je donne tout ce que j’ai. Ceux qui partiront en tendres vont être des abeilles, bien sûr. Ils seront souvent autour de moi, ce n’est pas aussi facile de démarrer sur les mediums, mais on verra. J’espère que c’est le meilleur pneu pour le long relais. Nous allons attendre et voir. Nous avons lutté un peu plus sur les tendres en longs relais, donc je pense que nous avons le bon pneu, mais nous verrons demain".

Toto Wolff annonce en tous cas qu'il faudra compter sur un Hamilton des grands jours pendant la course : "Lewis sera en colère et c’est bien car il sera motivé pour chasser Verstappen demain", avoue le directeur de l'écurie Mercedes. "Vous devez voir les points positifs. Parfois, la deuxième place n'est pas une si mauvaise position de départ. Il faut prendre les choses comme elles sont. Ils ont remporté un premier round aujourd'hui car ils ont eu les pneus dans la fenêtre parfaite lors du dernier run, l’aspiration a fonctionné sans problème et c’est pourquoi ils sont en pole".

Dimanche soir à Yas Marina, un titre de film sera sur toutes les lèvres pour décrire la course-poursuite entre Verstappen et Hamilton : "Catch me if you can".