La Commission F1 de la FIA a voté à l'unanimité ce lundi l'adoption du système de courses sprints qualificatives lors de trois Grands Prix 2021 qui doivent encore être confirmés. Il devrait s'agir de Silverstone, Monza et Interlagos. La Formule 1 cherche en effet à se renouveler et à relancer l'intérêt auprès des fans afin de permettre aux week-ends de course de gagner en intensité. Ce principe doit également récompenser des pilotes et des écuries qui offrent de belles remontées le dimanche après avoir été malchanceuses le samedi.

"Je suis ravi de voir que la Formule 1 cherche de nouvelles façons de s'engager avec ses fans et d'élargir le spectacle d'un week-end de course à travers le concept de Sprint Qualifying", commente Jean Todt, président de la FIA. "Cela a été rendu possible grâce à la collaboration continue entre la FIA, la Formule 1 et toutes les équipes. La F1 se montre plus forte que jamais avec toutes les parties prenantes travaillant ensemble de cette manière, et beaucoup a été fait pour s'assurer que les aspects sportifs, techniques et financiers du format soient équitables."

Le vendredi, une seule séance d'essais libres de 60 minutes aura lieu au matin où chaque pilote aura droit à deux trains de pneus. L'après-midi, des qualifications traditionnelles seront au menu avec cinq sets de pneus tendres disponibles. Samedi, une séance d'essais libres de 60 minutes servira de Warm Up. La course sprint qualificative se déroulera pendant l'après-midi. Les voitures devront accomplir une distance de 100km avec deux trains de pneus à choisir librement. Dimanche, le Grand Prix classique aura lieu pendant l'après-midi.

Afin d'éviter une course à l'armement et l'intronisation de voitures dites de qualification, un parc fermé sera imposé après les qualifications ainsi qu'après l'arrivée de la course qualificative. Si la pluie devait s'inviter au cours du week-end, l'allocation du nombre de trains de pneus sera modifiée.