Il remplacera Kobayashi sur la seule Caterham modifiée

La nouvelle, pour le moins surprenante, a, comme nous vous l’annoncions déjà lundi, été confirmée officiellement en ce début d’après-midi par l’écurie britannique. Le pilote Audi en WEC André Lotterer effectuera bien ses débuts en Formule 1, le week-end prochain, à l’occasion du GP de Belgique, sur ce qu’il considère comme « son » circuit de Francorchamps. Le licencié belge ayant grandi à Nivelles remplacera le pourtant expérimenté Kamui Kobayashi (l’écurie a conservé le bon… payant Marcus Ericsson) au volant d’une Caterham-Renault dotée de pas mal d’évolutions. Voici l’interview exclusive que le triple vainqueur des 24 Heures du Mans (2011, 2012 et 2014) a accordée en priorité à la Dernière Heure Les Sports.

André, comment êtes-vous arrivé dans le baquet de cette Caterham F1 pour ce week-end à Francorchamps ?

"Je suis quasi aussi surpris que vous. Je suis resté en bon contact avec Colin Kollès depuis 2009 quand j’avais disputé les 24H du Mans avec un seul équipier sur son proto Audi privé. C’est comme cela que je m’étais fait repérer par l’usine Audi Sport. Voici un bon mois, il a repris en mains la destinée de l’écurie Caterham et cherchait du sang neuf…"

Vous avez dû réfléchir longtemps quand il vous a contacté?

"Non, même si je ne pensais plus vraiment à la F1. Mais là, c’est une opportunité extraordinaire qui ne se refuse pas. Je ne pouvais pas dire non."

Etes-vous un pilote payant ?

"Non je n’apporte pas de budget. Je dois juste payer quelques frais comme ma Super Licence."

Vous n’avez pas peur de sauter comme cela dans un baquet de F1, avec la plus modeste écurie, sans avoir disputé un mètre d’essai ?

"Bah, cela reste une voiture de course. J’ai déjà disputé une quinzaine de jours de tests en F1 en 2001 et 2002 lorsque j’étais réserviste chez Jaguar. Je suis actuellement 2e du championnat Super Formula au Japon et ces monoplaces vont aussi vite que des F1 comme la Caterham. Si je suis dernier, personne ne se moquera de moi. J’ai passé quelques heures dans le simulateur, lundi à l’usine de Leafield, et cela s’est bien passé."

Quelle est votre mission ?

"Faire le mieux possible, profiter du moment et ajouter une ligne à mon palmarès. La Caterham bénéficiera ici d’une grosse évolution: museau avant, capot moteur, aileron arrière, pontons, tout a changé. Il n’existe qu’un exemplaire de cette version B et apparemment il sera pour moi. Le but est bien sûr d’essayer de récupérer la 10e place constructeurs de Marussia qui vaut beaucoup d’argent. Après, je ne rêve plus de faire carrière en F1. Je ne vais pas quitter Audi. Je ne suis pas fou."

Allez-vous terminer la saison chez Caterham ?

"Non, normalement il ne s’agit que d’un one shot mais je suis aussi libre pour Monza et Suzuka…"

Retrouvez l’interview complète dans notre section abonnés