Le pilote Ferrari s'élancera le dernier en qualifications

MONACO Traditionnellement disputés ici le jeudi de l'Ascension afin de pouvoir réouvrir la ville cet après-midi, après les essais des courses annexes, aux rois de la frime dans leurs rutilantes GT, les premiers essais du Grand Prix le plus huppé de l'année ont permis de tirer les premiers enseignements en vue de la 7e manche du Championnat du Monde.

Premier constat: le nouveau dessin permettant de gagner 30 mètres entre les virages de la Piscine et de la Rascasse fait l'unanimité. «Les organisateurs ont fait du bon travail, estimait le poleman de l'an dernier, Juan Pablo Montoya. L'angle de la Rascasse est moins prononcé, ce qui diminue la difficulté et le risque d'accidents -il n'y en eut exceptionnellement aucun en cette première journée- à cet endroit où l'on peut même désormais envisager de dépasser.»

A l'heure des premières analyses, on remarquait aussi que Michael Schumacher, en quête d'un nouveau record dans les rues de la Principauté (l'Allemand voudrait égaler les six succès monégasques d'Ayrton Senna) et sa Ferrari étaient déjà fidèles au -premier- poste. Reste à savoir si les gommes extratendres de Bridgestone pourront tenir la (demi-)distance et donc être usées lors de la qualification unique de demain. La même question se posait pour la BAR d'un Button très en verve (3e) devant ses nombreux supporters et la Jordan d'un Fisichella (7e) souvent à la fête sur ce tracé de kart.

Dans le camp Michelin dominé par un excellent Trulli (4e à 6/10es), malgré les dérapages des espoirs Raikkonen (11e) et Alonso (14e) et une prestation en demi-teinte des Williams-BMW (6e et 8e), on gardait le sourire. «La piste était encore fort sale. Les choses sérieuses commencent samedi. Nous sommes confiants. On fera les premiers comptes à l'issue de la qualif», soulignait le directeur sportif de Bibendum Pierre Dupasquier en rappelant que l'exploit du jour était à mettre à l'actif de la Jaguar de ce diable de Mark Webber, le plus rapide lors des essais libres avec un chrono à 7/100es du nouveau record de la piste établi deux heures plus tard par Schumi. Une performance que l'Australien ne put rééditer l'après-midi suite au bris de moteur de la Sauber de Frentzen, qui crachait son huile sur une piste transformée en véritable plage.

Mais la plus grande surprise, ce week-end, pourrait venir de la météo. Hier vers 16h30, une averse inonda la Principauté, obligeant les sculpturales créatures s'exhibant sur les yachts à aller se rhabiller. Au grand regret de photographes dont l'objectif ici n'est pas toujours tourné vers la piste...

© Les Sports 2003