Après trois mois de négociations pour la société organisatrice Spa GP, les clients lésés du Grand Prix de Belgique 2021 ont reçu ce lundi un email dans lequel ils ont appris qu'ils ne seraient pas remboursés ou, comme certains en rêvaient peut-être, que leur billet de cette année ne leur donnera pas accès au GP de Belgique du 28 août 2022. Une nouvelle douche froide pour les spectateurs qui se sont vus proposer en échange du spectacle auquel ils n'ont pas eu droit à un abonnement annuel à F1 TV d'une valeur de 64,99 euros (coût pour Spa GP et la Formula One Management de zéro euro), la possibilité d'assister à un événement spécial le jeudi 25 août précédent le GP avec des F1 (sans doute anciennes) en piste et une chance (sur 75.000) de gagner un des 170 tickets offerts (100 Silver pour les détenteurs d'un pass Bronze en 2021, 50 Gold pour les détenteurs d'un pass Silver 2021 et 20 VIP pour les détenteurs d'un Gold 2021).

En résumé, il y aura donc 170 vraiment satisfaits sur les 75.000 et le reste de déçus voire carrément fâchés, certains criant au scandale.

Mais avant de tirer à boulets rouges sur l'organisateur, il faut bien comprendre un certain nombre de choses:

1. Le directeur de course Michael Masi (encore lui!), après avoir longtemps attendu une hypothétique éclaircie, a décidé d'envoyer les F1 en piste en fin de journée pour quelques tours derrière la voiture de sécurité afin de valider le GP. Il y a eu un podium, la moitié des points et le GP a donc officiellement et juridiquement bien eu lieu. L'organisateur n'a donc aucun recours légal pour attaquer la FOM (Formula One Management) et exiger un remboursement. Elle ne l'aurait d'ailleurs jamais fait sous peine de perdre l'organisation du GP de Belgique.

2. Spa GP a payé le droit de plateau et toute la mise en place du GP en août dernier. L'argent des tickets a donc été intégralement dépensé puisque l'on sait que le GP de Belgique est généralement déficitaire et que la Région Wallonne est habituée à combler les trous. Spa GP n'a tout simplement pas les moyens de rembourser les fans et ce n'est pas à elle de le faire.

3. Si les 75.000 personnes recevaient un nouveau ticket, il n'y aurait donc eu quasi aucune rentrée en 2022. Et donc pas le moyen d'organiser le GP.

4. Le GP ne s'est pas déroulé en raison d'un cas de force majeure météorologique. Le problème, même s'il y avait une assurance pour cela, est que le GP a officiellement eu lieu et donc que l'assurance n'interviendrait pas.

"Nous préférons communiquer vers nos clients que vers la presse," nous a fait savoir ce matin l'organisatrice Vanessa Maes. "On s'est battu durant trois mois et ce que l'on offre est tout de même mieux que rien. Bien sûr qu'on aurait espéré pourvoir donner plus, mais nous avons été victimes des événements autant que les fans. Nous n'avons pris aucune décision ce jour-là."

Et d'ajouter: "Nous avons eu un très beau championnat. Nos clients sont des fidèles et la vente des billets pour 2022 a bien démarré."

Et devrait être boostée par le récent titre de Max Verstappen, la majorité du public du GP de Belgique étant néerlandais.

Au final, on peut surtout en vouloir à la FOM et la FIA de ne pas avoir fait un plus grand geste pour ses fans. Comment? En réduisant de moitié par exemple le droit de plateau 2022 et donc en offrant la possibilité aux spectateurs qui ont attendu durant des heures pour ne rien voir de racheter des tickets à moitié prix. Cela aurait été un geste fort de respect vis-à-vis du public qui n'est visiblement considéré, dans ce cas-ci, que comme un cochon payant. Et le dindon d'une mauvaise farce.

Mais ne vous trompez pas de cible et ne jetez pas la pierre à l'organisateur qui ne s'est jamais enrichi sur le dos du GP et n'avait pas d'autre choix même en risquant la faillite ou en déposant le bilan. Car les caisses sont vidées chaque année par la Formula One Management...