Grand Prix d'Allemagne

Les deux Red Bull ont pris les Brawn en sandwich. Vettel déçu, Hamilton et Sutil aux anges

Suivez le GP d'Allemagne

NÜRBURG Si le Grand Prix de cet après-midi, avec des averses annoncées dans l'Eifel, réserve autant de surprises que la séance qualificative d'hier, on ne risque pas de s'ennuyer une seconde.

Alors que l'Allemagne entière attendait son nouveau jeune héros Sébastian Vettel, c'est l'autre Red Bull de son équipier Mark Webber qui s'élancera devant tout le monde aujourd'hui à 14h. La première pole d'un Australien depuis Alan Jones au GP d'Allemagne 1980.

"Celle-là, je l'attendais depuis un petit bout de temps," jubilait Webber qui prendra son 130e départ en F1. "Je suis dans une position exceptionnelle pour remporter mon premier GP. "

S'il veut atteindre son objectif, Webber devra d'abord contenir les deux Brawn GP, à commencer par celle de Rubens Barrichello qui l'accompagnera en première ligne après avoir lui aussi surpris son équipier.

"Si les conditions en course sont aussi délicates que lors de la qualification, il faudra juste essayer de finir," a commenté le Brésilien. Car la pluie, tombée samedi, et les températures fraîches, ont largement perturbé pilotes et écuries. "Ici, c'est pire que la Grande-Bretagne. Qui a dit que le temps anglais était mauvais ?" , a souri le leader du Championnat Jenson Button, troisième grâce à une Brawn nettement plus légère que les Red Bull. Et en délicatesse avec ses pneus "medium" . Cela ne s'annonce donc pas facile pour l'écurie ex-Honda.

Quatrième , Sebastian Vettel avait du mal à cacher sa frustration." Je ne peux m'en prendre qu'à moi-même. Il était possible de faire mieux. Mais mon dernier tour n'était pas magnifique" , a reconnu le chouchou du public. "Heureusement, je garde des chances de succès, surtout s'il pleut."

Si la météo n'a pas dérangé les deux équipes de tête outre mesure, elle a tout de même apporté son lot de surprises.

Ainsi, les McLaren-Mercedes de Lewis Hamilton s'élanceront en troisième ligne (et pourraient gagner d'emblée quelques places au départ grâce à leur système Kers) devant l'étonnante Force India du local Adrian Sutil, signant sa meilleure performance en qualifications en devançant des Ferrari bien ternes et la Renault de... Nelsinho Piquet. Gêné par Glock en Q1 (pénalisé l'Allemand partira dernier), coupable d'un tête-à-queue au plus mauvais moment en Q2, Fernando Alonso lui est resté bloqué au 12e rang.



© La Dernière Heure 2009