Le championnat de F1 a vécu un triste épilogue au Brésil où le sacre de Räikkönen a été mis en cause par McLaren


Le classement final de l'édition 2007


INTERLAGOS Le palpitant championnat 2007 de F1 a vécu un bien triste épilogue dimanche soir au Brésil où, près de sept heures après l'arrivée, la victoire et le sacre de Kimi Räikkönen ont été mis en cause par McLaren qui espère récupérer le titre pilotes pour Lewis Hamilton sur tapis vert.

McLaren-Mercedes semble décidément en guerre contre Ferrari et la Fédération internationale de l'automobile (FIA) qui l'a exclue du championnat constructeurs qu'elle dominait et qui l'a condamnée à une amende record de 100 millions de dollars dans l'affaire d'espionnage visant la Scuderia.

Au point de saisir une occasion douteuse et a priori sans chance de succès de ternir le sacre d'un Räikkönen héroïque.

Car McLaren-Mercedes espère la disqualification de Nico Rosberg (Williams-Toyota), Robert Kubica et Nick Heidfeld (BMW Sauber), arrivés respectivement 4e, 5e et 6e du dernier Grand Prix de la saison, pour permettre à Hamilton, 7e à Interlagos, de remonter artificiellement au classement et récupérer ainsi les points qui lui permettraient de devenir le premier débutant sacré champion dès sa première saison.

Dans un premier temps, la FIA avait estimé que les écuries Williams et BMW Sauber avaient peut-être enfreint le règlement sur l'essence mais que le bénéfice du doute devait leur profiter.

Et McLaren a immédiatement fait savoir qu'elle comptait faire appel.

Même Fernando Alonso, troisième derrière les deux Ferrari au Brésil et dont les relations sont certes au plus bas avec son équipe et son coéquipier, a estimé que ce serait "une honte" qu'Hamilton soit ainsi titré.

"S'ils donnent le titre à Hamilton suite à une réclamation (présentée par McLaren), j'aurais le visage couvert de honte, ce serait un manque de respect", selon l'Espagnol.
Et pourtant ! Le titre mondial 2007 risque effectivement d'être décerné sur tapis vert. Le règlement de la FIA donne un délai d'une heure à la suite d'une décision des commissaires de course pour déclarer son intention éventuelle d'interjeter appel, même si l'appel n'est pas effectivement déposé par la suite.

Le dénouement effectif et officiel de la saison 2007 interviendra donc quoi qu'il arrive dans les jours à venir.

Une injure pour Räikkönen qui s'est battu toute la saison comme un diable, remportant le plus grand nombre de victoires (6) malgré des problèmes de fiabilité et sortant vainqueur en piste d'un ultime combat à trois dans lequel il partait largement outsider au Brésil.

Si la décision devait être favorable à Hamilton, l'avènement de ce phénomène serait loin du faste qu'il aurait mérité, lui qui dès sa première saison de F1 aura, dans tous les cas, battu le double champion du monde Alonso.

L'avatar brésilien n'est finalement qu'une énième intervention de la FIA dans le championnat le plus passionnant depuis des années qui n'avait nul besoin d'artifices extérieurs pour captiver le public.

La rocambolesque affaire d'espionnage opposant McLaren-Mercedes à Ferrari, toujours en cours d'instruction devant les justices pénale italienne et civile britannique, a frappé de plein fouet le paddock lorsque la FIA a décidé de se saisir du côté sportif de l'affaire.

D'une tentative de sabotage supposée des Ferrari avant le GP de Monaco jusqu'au complot d'espionnage impliquant Alonso, la lutte entre la Scuderia et McLaren-Mercedes dans les coulisses a empoisonné la majeure partie de la saison.

Jusqu'à ce que la FIA trouve des preuves suffisantes -notamment un témoignage accablant d'Alonso- pour exclure McLaren-Mercedes du championnat constructeurs qu'elle dominait, laissant Ferrari coiffer sans concurrence sa 15e couronne en tant qu'écurie, et infligeant à l'équipe de Ron Dennis une amende record de 100 millions de dollars, juste avant le Grand Prix de Belgique.

Outre l'affaire d'espionnage, McLaren-Mercedes a vécu une saison très tendue malgré les succès en piste.

Alonso n'a pas supporté d'être traité à égalité avec Hamilton. Il n'a pas accepté de voir son coéquipier comme un poisson dans l'eau chez McLaren quand lui-même éprouvait des difficultés d'adaptation. Hamilton, de son côté, a rapidement compris quel pouvait être son destin et a envenimé la situation, comme en qualifications en Hongrie où il a refusé une consigne d'équipe devant favoriser Alonso. Ce dernier ayant voulu se faire justice en bloquant son coéquipier dans les garages, a finalement été sanctionné de cinq places sur la grille et l'écurie a été privée de ses points constructeurs de Budapest. C'était avant l'exclusion.

En dehors des deux écuries qui ont largement dominé la saison, 2007 a vu l'apparition de la troisième force BMW Sauber, avec la montée en puissance de Robert Kubica. Celui-ci a en outre marqué la saison par son terrible accident du Canada dont il est sorti miraculeusement indemne.

Saison beaucoup plus difficile en revanche pour Renault, double champion Constructeurs 2005 et 2006 qui a dégringolé cette saison malgré les progrès du Finlandais Heikki Kovalainen.