Au 13e tour, juste après son premier ravitaillement, Alonso a d'abord perdu la flasque aérodynamique couvrant sa roue avant droite, avant que la roue elle-même ne s'envole sur les bords de piste

Résultats, classements du GP de Hongrie

BRUXELLES L'écurie de Formule 1 Renault, suspendue pour le Grand Prix d'Europe par la Fédération internationale de l'automobile (FIA) pour n'avoir pas respecté les règles de sécurité dimanche durant le GP de Hongrie, a annoncé son intention de faire appel.

"Renault F1, par ce document, fait formellement enregistrer son intention de faire appel contre la décision des commissaires" de la FIA, a fait savoir l'écurie, dans un courrier envoyé à la FIA.

La Fédération internationale accuse Fernando Alonso d'avoir "volontairement quitté les stands sans un écrou de sécurité maintenant l'une de ses roues, ce qui est une indication que la roue elle-même pouvait ne pas être proprement sécurisée".

Selon la Fédération internationale, Renault a aussi "manqué d'informer le pilote de ce problème ou de lui conseiller de prendre une action adéquate au vu des circonstances, même si celui-ci a contacté l'écurie par radio en pensant qu'il avait une crevaison".

Au 13e tour, juste après son premier ravitaillement, Alonso a d'abord perdu la flasque aérodynamique couvrant sa roue avant droite, avant que la roue elle-même ne s'envole sur les bords de piste. L'Espagnol a terminé son tour sur trois roues et a été obligé de repasser aux stands.

"La roue n'a pas été fixée convenablement lors de mon arrêt. Lorsque j'ai quitté les stands, j'ai tout de suite ressenti beaucoup de vibrations. J'ai pensé à une crevaison. Puis la roue s'est décrochée. Je suis alors rentré au garage", a raconté l'Espagnol.

Le double champion du monde, parti dimanche en pole position, a abandonné trois tours plus tard sur un problème de pompe à essence. "Aujourd'hui, nous sommes passés à côté d'un possible podium", a estimé Alonso.

© La Dernière Heure 2009