Sa porte parole n’exclut pas totalement un come-back du septuple champion du monde

BRUXELLES À bientôt 41 ans (il les fêtera le 3 janvier), Michael Schumacher envisage-t-il réellement d’effectuer son retour en Formule Un après trois années d’absence ?

Ce n’est pas impossible. Cela avait d’ailleurs failli se concrétiser l’été dernier. Suite à l’accident de Felipe Massa, le septuple champion du monde avait annoncé son come-back pour aider Ferrari.

Une véritable bombe médiatique. Hélas ! des douleurs persistantes à la nuque consécutives à une chute à moto lui interdirent de concrétiser un sacré challenge jugé trop dangereux pour sa santé.

Bernie Ecclestone n’ a jamais cru à cette version officielle. Mister E soupçonne plutôt que ce soit l’interdiction de tests préalables qui a poussé Schumi à renoncer.

Quoi qu’il en soit réellement, le Baron rouge en a ressenti une grande frustration.

Depuis des mois, Luca di Montezemolo, qui, à l’époque du GP de Monza, a déclaré avoir prolongé le contrat du roi Michael pour 2010, fait du lobbying pour que la FIA autorise une 3e monoplace par team. “Et je pense bien sûr à Schumacher pour la piloter,” a-t-il répété. La preuve s’il en est que le Kaiser n’est apparemment pas opposé à revenir en GP. Uniquement en rouge ? Telle est la question que tout le monde se pose aujourd’hui.

Pourrait-il se défaire de son contrat honorifique à vie avec la Scuderia pour rouler pour Mercedes GP ?

“Ce n’est rien d’autre qu’un rêve des médias” , affirme Ross Brawn, qui a contribué à tous les titres d’un Schumi lancé au début de sa carrière par le Mercedes Junior Team. Avouez que l’histoire d’un retour avec la marque à l’étoile serait belle. L’occasion de boucler la boucle avec une écurie de pointe.

“Je pense que c’est improbable, mais on ne sait jamais,” a indiqué sa porte parole, Sabine Kehm. Un doute amplifié par les déclarations de Norbert Haug (Mercedes) refusant de démentir les rumeurs d’un possible retour de Michael. Et ajoutant : “Les Allemands vont apprécier notre choix.”

S’il se portait sur l’icône Schumacher, le monde entier applaudirait. Mais on en est, hélas! encore loin...



© La Dernière Heure 2009