Max Verstappen (Red Bull) a dominé les essais libres et les qualifications du Grand Prix de Bahreïn. Mais la course était pour Lewis Hamilton (Mercedes). Le Hollandais et le Britannique se sont échangé le leadership tout au long de la course au gré des ravitaillements. Les deux pilotes se sont retrouvé lors des derniers tours. Si Verstappen finissait par prendre le dessus sur le champion en titre, il le dépassait hors des limites de la piste et était contraint de rendre son dû.

Mad Max n’allait par après plus jamais trouver l’opportunité pour dépasser le n°44, Hamilton s’imposant avec Verstappen dans ses talons. Ces deux-là nous auront offert un sacré show. Derrière les deux fous-furieux, Valtteri Bottas (Mercedes) prend la 3ème position. La course du Finlandais a seulement été entravée par un ravitaillement raté qui lui a fait perdre le contact avec les deux favoris. Le deuxième pilote de l’écurie allemande décroche néanmoins le point du meilleur tour en course. Au pied du podium, Lando Norris offre des points précieux à McLaren-Mercedes.

Sergio Pérez aura vécu un Grand Prix agité. Parti 11ème après ses qualifs ratées, le Mexicain s’immobilisait lors du tour de chauffe suite à un black-out de sa Red Bull. S’élançant depuis la pitlane, Checo remontait jusqu’en cinquième position en multipliant les dépassements. La nouvelle recrue du team autrichien aura eu pas mal de temps d’antenne !

L’ex-pilote Racing Point a pris le dessus dans les derniers tours sur Charles Leclerc dont la Ferrari s’est avérée quelque peu moins fringante en course. Daniel Ricciardo prend la septième place pour son premier Grand Prix avec McLaren. L’Australien précède celui qu’il remplace chez les oranges, Carlos Sainz (Ferrari). Yuki Tsunoda sauve l’honneur d’AlphaTauri et marque deux points pour son premier GP. Le Top 10 est complété par Lance Stroll (Aston Martin).

Fernando Alonso (Alpine) ne gardera pas un souvenir ému de sa première course en F1 depuis Yas Marina 2018. L’Espagnol a dû abandonner peu après la mi-course suite à un souci de freins. Sebastian Vettel a vécu un premier Grand Prix cauchemardesque pour le compte d’Aston Martin. Après avoir dû s’élancer bon dernier, l’Allemand a passé l’essentiel de son dimanche hors du Top 10 avant de s’accrocher avec Esteban Ocon (Alpine) et d’écoper de 10 secondes de pénalité. Pierre Gasly (AlphaTauri) n’aura fait que passer. Touchant l’arrière d’une McLaren lors des premiers hectomètres, le Français passait son GP en fond de classement avant d’abandonner.

© DR

"C'était horrible", a commenté le champion du monde au sujet de l'état de ses pneus dans le final. "Ce n'était pas génial. J'ai eu du mal à la fin avec l'arrière de ma voiture. Les pneus arrières étaient usés. Ils avaient effectué huit tours de plus, peut-être plus, par rapport aux pneus de Max. Je savais qu'il allait me rattraper à 10 tours de l'arrivée et je pensais qu'il serait pratiquement impossible de le garder derrière moi, ce qui a été le cas jusqu'à l'incident du virage 4." Là, à trois tours de la fin, Verstappen a dépassé Hamilton mais a dû lui céder sa position, car il avait dépassé les limites de la piste. 

"Je ne pouvais pas croire que je parvenais à la laisser derrière", a poursuivi Hamilton. "J'ai réussi à le garder dans mon sillage, et c'était difficile pour lui de s'approcher à certains endroits. Il a fini par être large à certains endroits, ce qui m'a donné un avantage." La victoire d'Hamilton est restée en discussion jusqu'au bout.

 "Dans le dernier tour, je savais qu'une fois passé le virage 4 j'étais en bonne position. Mais ensuite, il y a eu du survirage à la sortie du virage 10, de la nervosité à la sortie du virage 11, un survirage instantané dans le virage 13, ce qui est vraiment mauvais, et je me suis dit 'ça y est, il me tient maintenant.'" Le Britannique a tenu bon pour s'offrir un premier succès dans la course d'ouverture de la saison depuis 2015. "J'ai aimé chaque minute du week-end, en sachant que nous, en tant qu'équipe, étions en retard en ce qui concerne la performance."