Cela a continué à bosser dur ce samedi après-midi à Barheïn pour l'avant-dernier jour (déjà!) de tests en vue du début de saison de Formule 1.

Après les soucis de boîte limitant fortement son temps de roulage hier matin et le bac de Lewis Hamilton aujourd'hui, Valtteri Bottas a chaussé les pneus C5 les plus tendres en fin de journée pour se rassurer en signant le meilleur chrono de ces deux premiers jours en 1.30.289. Le Finlandais précède de 124 millièmes l'AlphaTauri du surprenant Pierre Gasly lui aussi chaussé des gommes C5. Cela signifie sans doute que le chrono de la W12 n'est pas extraordinaire et que Red Bull notamment pourrait aller plus vite en descendant en dessous de la minute et demie.

Ce sera peut-être le cas ce dimanche pour Max Verstappen resté au repos aujourd'hui, tandis que Sergio Pérez découvrait la RB16. Le Mexicain (8eme) a bouclé 117 tours et s'est payé une belle frayeur quand son capot a explosé dans l'aspiration de la Williams de Nicholas Latifi.

Après les ennuis de boîte de Sebastian Vettel (l'Allemand peu venir n'a bouclé à nouveau que dix tours), Lance Stroll a démontré la compétitivité de son matériel en hissant son Aston Martin au 3e rang à 47 millièmes de Gasly. Suivaient Lando Norris (McLaren), Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) et Charles Leclerc (Ferrari) mais pas avec les gommes C5.

En plus d'être compétitive, la Williams FW43B est aussi fiable avec 132 tours à mettre à l'actif de Latifi qui sera relayé demain par George Russell, dernier des titulaires à entrer en piste.

A noter que Fernando Alonso (Alpine) lui aussi s'est montré très studieux, l'Espagnol, seulement dixième, préparant déjà le premier GP et ne cherchant pas la performance absolue dans l'après-midi.

Après deux jours sur trois d'essais hivernaux, il est bien difficile d'établir une hiérarchie chacun travaillant sur des programmes différents. La seule chose que l'on puisse affirmer sans trop de risques de se tromper est que les écarts se sont resserrés entre les différents teams et que Mercedes ne semble plus disposer d'un énorme avantage.