Dans le clan Mercedes, la pilule a toujours du mal à passer. Dimanche dernier, Lewis Hamilton a été coiffé au poteau lors du dernier tour d'Abu Dhabi. Rapidement, l'écurie avait décidé de porter réclamation après le verdict du Grand Prix. Déboutés, les dirigeants ont finalement choisi de ne pas interjeter appel. Non sans mal.

Après l'annonce de ne pas vouloir gagner le championnat des pilotes devant les tribunaux, Toto Wolff, le patron Mercedes a pris la parole. Et il avait des choses à dire. "Le cœur lourd, nous avons décidé de ne pas faire appel, car nous n'aurions pas récupéré le résultat. Il y a une différence entre avoir raison et obtenir justice", a expliqué l'Autrichien dans des propos repris par Julien Billiotte d'AutoHebdo.

Ce jeudi soir, Toto Wolff et son pilote Lewis Hamilton ont décidé de ne pas participer au gala de la FIA organisé à Paris pour recevoir le trophée de champion du monde des constructeurs. Une façon de marquer leur mécontentement après les décisions de la FIA. "C'était du freestyle au niveau des règles, Lewis est devenu une cible facile. Devant une juridiction normale, nous serions presque assurés de gagner mais le problème avec la Cour d'appel internationale, c'est que la Fédération internationale de l'automobile ne peut pas noter son propre travail. Mais d'un autre côté, personne chez nous ne veut gagner ce championnat devant les tribunaux", a ajouté le patron Mercedes, visiblement amer.

L'Autrichien a clairement la dent dure envers certaines personnes de la FIA. En ligne de mire: Michael Masi, directeur de course de la F1. "Je n'ai aucune envie d’avoir une discussion avec Michael Masi. Les décisions qu'il a prises dans les derniers tours de la course ont privé Lewis d'un titre mérité. Il a été volé. C'est inacceptable", a embrayé le boss Mercedes.

Pour lui, l'instance est clairement responsable de la perte du titre de son écurie: "Elle doit décider si elle veut se donner la peine d'aller de l'avant. La majorité des acteurs du sport partagent ma frustration face aux décisions qui ont été prises toute l'année".

L'avenir de Lewis Hamilton au centre des questions

Frustré, Toto Wolff l'est donc clairement. Mais il s'inquiète encore plus pour son pilote phare. "Lewis et moi sommes désabusés pour le moment", admet-il. "Pas par notre sport que nous aimons mais parce que si vous brisez le principe de justice et d'authenticité, vous pouvez arrêter d'aimer votre sport. On commence à se poser des questions et ça prendra du temps de le digérer. Je doute qu'on ne le mette jamais entièrement derrière nous (...) La douleur sera très dure à surmonter, je ne suis pas certain qu’un pilote puisse y parvenir totalement."

Il a ensuite lâché un véritable pavé dans la marre: "J'espère vraiment que Lewis continuera à courir. Parce qu'il est le plus grand pilote de tous les temps... Je pense qu'en tant que pilote, son cœur dira qu'il doit continuer."

Une déclaration forte qui en dit long sur l'était d'esprit du septuple champion du monde. Pour autant, il n'a jamais pointé du doigt l'attitude du vainqueur Max Verstappen. "C'est un champion méritant qui a piloté incroyablement bien. Il n'a rien fait de mal. Il a fait une excellente saison. J'ai beaucoup de respect pour lui et Red Bull", admet-il. Même s'il exprime son impuissance face à la tournure des événements. "J'espère que des moments comme celui-ci seront évités à l'avenir. Je n'arrive toujours pas à croire ce qu’il s'est passé ici."