Olivier Panis ne se voit pas remplacé par Coulthard

COLOGNE Le Toyota Team F 1 a organisé une journée portes ouvertes, ce samedi, à son usine de Cologne, pour présenter à la presse internationale sa nouvelle monoplace, la TF 104. Une voiture 2004 dévoilée par 32 employés de nationalités différentes choisis parmi le staff de 600 personnes oeuvrant dans l'ombre pour que le Brésilien Cristiano Da Matta et le Français Olivier Panis roulent de plus en plus vite sur les Grands Prix de Formule 1. Au premier coup d'oeil, pas de surprise façon Williams. La nouvelle née ne semble qu'une sage évolution de sa devancière, la TF 103 qualifiée de copie conforme de la Ferrari championne du monde. Avec un aileron avant affiné, deux ailettes et deux nouveaux diffuseurs devant les roues arrière. «Nous n'avons pas réinventé la roue! confirmait le chef designer Gustav Brunner. La base était bonne. Nous l'avons encore améliorée et les progrès en termes chronométriques sont significatifs.» Tout cela avec un budget revu à la baisse par rapport à 2003. «Nous possédons les moyens d'une écurie de pointe. Mais ce n'est pas sans limite. Nous dépensons moins que ce que tout le monde croit!» précisa le président John Howett. Puis, dans un Anglais quasi incompréhensible, Tsutomu Tomita, le remplaçant d'Ove Andersson à la tête du team, a dévoilé les objectifs de Toyota pour cette troisième année en Formule 1: «Des points à chaque course et au moins un podium.» Pour cela, le constructeur japonais espérant pouvoir viser le titre mondial dans deux ans devra encore effectuer un sacré bond en avant. «Nous poursuivons notre ascension! confiait le Corse Ange Pasquali, directeur sportif de cette toujours jeune équipe. Tout le monde veut gagner, c'est le propre de la compétition. Mais nous ne possédons pas 25 ans d'expérience en F 1 comme certains de nos adversaires. Il faut donc apprendre de nos erreurs et avancer de course en course, se rapprocher des meilleurs, du Top 4. La cinquième place du championnat constructeurs est une de nos cibles en 2004. Même si parfois nous espérons faire mieux que cinquième. On veut être prêt à saisir l'opportunité de monter sur le podium le jour où elle se présentera. Pour cela, on espère se qualifier régulièrement sur les quatre premières lignes. L'an dernier déjà, on était souvent bien aux essais. Maintenant, même avec un ou deux podiums en fin d'année, je serai personnellement toujours un peu déçu. A vrai dire, je ne serai satisfait que le jour où l'on décrochera la couronne mondiale.» Olivier Panis est un peu plus modeste, mais tout aussi motivé. Même si certaines rumeurs évoquent déjà son remplacement en 2005 par un certain David Coulthard, d'ores et déjà mis à pied par McLaren pour l'an prochain, pas question d'encore songer à la retraite. «Je m'imagine encore continuer ce métier pas mal de temps. Je n'ai pas encore prouvé ce que je voulais en F 1!» confiait naïvement le Grenoblois courant vers ses 38 ans. Néanmoins, son manager, notre compatriote Didier Coton, méritera bien un RACB Award s'il parvient à lui garder son baquet pour 2005. Car la montée en puissance, lente mais certaine des Toyota Boys, suscite de plus en plus les convoitises. Meilleur débutant en F 1 en 2003, l'ex-champion de Cart Cristiano Da Matta se voit bien lui rester là encore quelques années.

© Les Sports 2004