L’équipe chargée des "pitstops" pour Red Bull Racing a effectué un arrêt au stand en apesanteur à une altitude de 10 000 m.

L’équipe Aston Martin Red Bull Racing avait besoin d’un nouveau défi après le nouveau record du monde d’arrêt au stand le plus rapide - 1,82 seconde ! - effectué lors du Grand Prix du Brésil. Où ils l’ont trouvé, ce nouveau défi ? À 10 000 mètres d’altitude, dans un avion d’entraînement pour cosmonautes. Avec l’aide de l’agence spatiale russe Roscosmos dans le centre d’entraînement pour cosmonautes Youri Gagarine à la Cité des Étoiles, l’équipe de course de F1 a effectué un pitstop en apesanteur… Rien que ça !

Seize membres de l’équipe chargée des arrêts au stand de l’écurie Red Bull Racing ont suivi une formation aérospatiale puis ont effectué sept vols dans le fuselage spécialement adapté de l’avion russe - avec la voiture de F1 et bien sûr une équipe de tournage composée de dix personnes. Ces sept vols comprenaient exactement 80 paraboles au total : décoller à une inclinaison de 45 degrés puis effectuer une plongée sous le même angle. La loi de la gravité a donc toujours permis une chute libre de 28 secondes.

Bien entendu, ils n’ont pas eu 28 secondes à chaque fois, car la voiture de 400 kg, le matériel d’accompagnement et 26 personnes de-vaient toujours être sécurisés avant le retour de la gravité. Ce qui s’est fait de manière extrêmement efficace, laissant 15 secondes de chute libre par vol.

C’était le défi le plus difficile de sa vie pour l’ingénieur en chef Joe Robinson. "Vous réalisez seulement à quel point vous dépendez de la gravité quand elle n’y est plus. Cette voiture planait, figurez-vous ! La seule façon de contrôler nos mouvements consistait à tendre nos chevilles qui étaient fixées. Cela vous incite à penser et à travailler différemment. Une tâche aussi simple que serrer un écrou devient soudainement un défi extrêmement difficile. Bien sûr, tout ne s’est pas déroulé sans heurts - l’un de nos collègues est entré en collision avec son casque contre l’aile avant et cela a provoqué pas mal de dégâts. Soit, cela a bien fait rigoler les gars de l’usine quand je leur ai dit par après que c’était à cause d’un coup de tête d’un cosmonaute."

"Mon estomac a tenu le coup, mais j’avais l’impression que ma tête allait exploser", a déclaré le coordinateur, Mark Willis. "Mon cerveau ne comprenait pas bien ce qui se passait. Il a fallu deux ou trois vols paraboliques avant que je puisse à nouveau réfléchir convenablement. C’est vraiment la chose la plus spéciale que j’ai jamais faite et c’est vous dire, car je suis déjà monté sur une piste de ski avec cette voiture de F1."