Grand Prix d'Allemagne

Seize monoplaces dans la même seconde, Hamilton à nouveau au top lors des premiers essais libres

envoyé spécial en Allemagne Olivier de Wilde

Le GP d'Allemagne en images

Résultats, classement sur notre module

NÜRBURGRING Douze degrés à peine, un vent fort et un fin crachin, le Nürburgring a de nouveau été fidèle hier à sa mauvaise réputation météorologique. Et les prévisions ne sont guère plus réjouissantes avec des averses annoncées pour dimanche.

Tant mieux pour les amateurs de spectacle bien au chaud dans leur salon. Les derniers Grands Prix humides ont tous été passionnants.

Vainqueur sous le déluge malais, Jenson Button ne craint pas tant l'eau que la froideur locale.

Toujours confortable leader du Mondial , 23 unités devant son équipier Barrichello mais surtout 25 devant Sebastian Vettel, le pilote Brawn a bien démarré le week-end, le Britannique signant hier le 3e meilleur chrono, 220 millièmes derrière Lewis Hamilton redonnant un brin d'espoir à McLaren-Mercedes, mais surtout à 38 millièmes du héros allemand.

"Avec les pneus super-tendres sélectionnés par Bridgestone, nous ne connaissons plus de souci de montée en température" , assure Jenson. "Par contre, avec les mediums, c'est plus dur."

Comme on a pu le constater avec son équipier Rubinho , septième derrière l'étonnant Sutil après avoir multiplié les plats .

"On est plus proches ici qu'à Silverstone. Mais j'espère que ce ne sera plus l'hiver demain ", croisait les doigts Button.

Du côté de Red Bull, malgré une coupure moteur immobilisant Vettel durant une demi-heure, on semble un peu plus confiant avec le meilleur chrono signé par Webber lors de la première séance puis le deuxième temps de Vette l'après -midi.

"Même si McLaren et Ferrari ont l'air dans le coup, la pole devrait à nouveau se jouer entre les Brawn et nous" , estime le jeune pilote de la RB5. "Mais à l'image de ce qu'on a déjà pu voir lors des premiers essais avec seize pilotes en une seconde, ce sera très serré. J'espère que Mark et moi pourrons partir devant et signer le doublé."

Dans quel ordre ? "Il n'y en aura pas" , jure-t-on chez Red Bull comme chez Brawn. Tant Barrichello que Webber sont officiellement encore autorisés à brouiller les cartes et à arbitrer le duel attendu.



© La Dernière Heure 2009