Les essais F1 se poursuivent en Espagne où Kvyat a cassé le nez de sa Red Bull

La lune de miel entre Sebastian Vettel et sa nouvelle écurie Ferrari s’est poursuivie, hier en Andalousie, où l’Allemand a de nouveau signé le meilleur temps de la deuxième journée d’essais hivernaux.

Chaussé de pneus Mediums, le quadruple champion du monde a haussé le rythme en tournant une seconde et sept dixièmes plus vite que la veille au volant de sa SF15-T.

"Tout se déroule selon le plan," a souri l’ex-pilote Red Bull après 89 tours. Prenant le relais, Kimi Raikkonen aura à cœur de faire aussi bien dès aujourd’hui.

Le ROOKIE Felipe Nasr (Sauber) a passé les gommes tendres avant l’arrivée de la pluie pour décrocher le 2e chrono à 883 millièmes. Visiblement, le nouveau V6 Ferrari a bien évolué...

Troisième sur la Williams FW37, Valtteri Bottas accusait un retard de 1.335 sur son meilleur tour. Pas de quoi inquiéter le Finlandais visant cette année sa première victoire.

La journée aura été moins positive pour le champion du monde en titre. Quatrième à une seconde et demie, Lewis Hamilton (Mercedes) a, en effet, été stoppé après 91 rondes suite à une fuite d’eau au niveau du système hydraulique.

"Quand vous êtes déjà au top, il est logiquement plus dur de progresser. Les écarts vont se resserrer. Tant mieux, j’adore la bagarre," a déclaré le Britannique.

Cinquième à plus de trois secondes, le jeune Néerlandais Max Verstappen a fait mieux que son équipier Sainz Jr, mais surtout que son prédécesseur chez Toro Rosso, Daniil Kvyat. Surpris en pneus froids, le Russe a cassé son museau dès son premier tour officiel en Red Bull. Et comme il n’y avait pas d’aileron de réserve, il n’a ensuite bouclé que des tours d’installation.

Enfin, si Lotus n’a pas brillé pour ses débuts avec Mercedes, la McLaren-Honda s’est, elle, montrée régulière en bouclant... six tours au ralenti comme dimanche, cette fois aux mains de Jenson Button. Au total, cela fait déjà cinq journées de tests et pas un seul tour chrono pour les grands revenants. Au Japon, on doit commencer à rire jaune...

Olivier de Wilde