GP de France: deux somptueux spectacles pour le prix d'un

LE MANS Deux courses en une. Les quelque 60.000 spectateurs regroupés autour du mythique Bugatti sarthois en ont eu pour leur argent. Ils ont en effet pu assister à deux Grands Prix pour le prix d'un. Si le premier, disputé sur le sec, fut dominé par Valentino Rossi, le second, très serré, s'est révélé sublime sous une pluie battante venue jouer les trouble-fête après 16 tours. A ce moment, Rossi menait la danse d'une main de fer. Revenu sur Alex Barros qui avait pris le commandement durant les trois premiers tours, le champion du monde imposa ensuite un rythme de tonnerre qui lui permit de prendre la clef des champs et de s'offrir un avantage de trois secondes sur le quatuor de chasse composé de Barros, Ukawa, Biaggi et Gibernau. Un scénario qui s'arrêta net avec l'apparition de la pluie.

Le temps que les concurrents chaussent des pneus pluie, le spectacle reprit de plus belle avec un changement total de physionomie. Barros passa rapidement en tête devant Rossi. Dominateur lors du premier acte, le bouillant Italien se fit voler la vedette par le Brésilien et par Gibernau, vainqueur du Grand Prix d'Afrique du Sud. La bagarre entre ces trois mousquetaires fut tout bonnement royale. Sur un rythme de samba, Barros (Yamaha) mena le débat jusqu'à cinq tours de l'arrivée, moment où Rossi et Gibernau repassèrent à l'attaque. Moins rapide que ses deux rivaux sur une piste s'asséchant, le natif de Sao Paulo commença à perdre du terrain, laissant les deux pilotes Honda en découdre pour la victoire. Métamorphosés en véritables funambules, ils ne se firent aucun cadeau, réglant leurs comptes dans un passionnant chassé-croisé. Malheureusement pour Rossi, Gibernau porta l'estocade décisive à l'accélération dans le dernier tour. Loin de s'avouer battu, le docteur tenta le tout pour le tout dans l'ultime virage mais, un peu présomptueux, il élargissait sa trajectoire et... s'inclinait derrière un Gibernau déchaîné jusqu'au bout.

La feria espagnole fut encore amplifiée par les succès d'Elias et de Pedrosa, en 250 et 125 cc. Au Mans, ils ont remporté leur deuxième victoire de la saison. Une excellente opération pour les deux jeunes Ibériques, puisque Elias revient à cinq points de Poggiali (éliminé sur chute) au général et que Perdrosa reprend l'ascendant au classement général des petites cylindrées.

© Les Sports 2003