Grönholm peut faire le break, Duval débute enfin

Moteurs

Publié le

Grönholm peut faire le break, Duval débute enfin
© AP

Marcus Grönholm est le favori logique du 54e rallye de Grèce

ATHENES Une 8e manche du championnat du monde WRC que les nostalgiques appellent toujours rallye de l'Acropole s'annonce délicate pour le triple champion du monde, Sébastien Loeb. François Duval pourra enfin participer à une manche du Mondial. Le pilote namurois roulera sur une Skodia Fabia WRC après avoir longtemps attendu les fonds pour pouvoir s'aligner alors qu'il avait projeté de prendre part aux manches européennes du championnat du monde.

Vainqueur à Athènes l'an dernier et en Sardaigne il y a 15 jours, le Finlandais mise sur une Focus très à l'aise dans la rocaille grecque où elle a remporté cinq des sept dernières éditions, contre une pour Subaru (Petter Solberg en 2004) et une seule pour Loeb, en 2005 sur la Xsara.
Même s'il n'aime pas les super-spéciales, Grönholm, qui compte sept points d'avance sur Loeb au classement pilotes, était plutôt confiant avant le départ prévu jeudi soir à l'hippodrome de Markopoulo, site olympique des épreuves d'équitation des Jeux d'Athènes en 2000.

"La victoire en Sardaigne m'a remis en tête du championnat et les deux prochains rallyes peuvent me permettre de capitaliser: l'Acropole est une place-forte pour Ford et, après le break de cet été, je serai chez moi en Finlande", souligne le double champion du monde.

Inverser la tendance

Grönholm est confiant, mais réaliste: "C'est un rallye difficile pour les pilotes et les voitures. Il risque d'y avoir de la boue par endroits, ce sera un peu étrange pour la Grèce. Je veux vraiment bousculer Loeb comme je l'ai fait en Sardaigne", ajoute-t-il.
Côté Citroën Sport, Loeb confie que la Grèce, "trop cassante", n'est pas son terrain de jeu "préféré", et son patron, Guy Fréquelin, ajoute une explication: "Les années précédentes, nous étions sans doute moins bien préparés pour ce type de terrain que pour les autres. J'espère qu'avec la C4 nous possédons maintenant des arguments pour inverser cette tendance".

Inverser la tendance, Grönholm l'a déjà fait en 2007, puisque l'an dernier en atterrissant à Athènes il avait 31 points de retard sur Loeb. Cette saison, le Finlandais pointe en tête et le Français a déjà grillé deux jokers, en Norvège et en Sardaigne, à chaque fois sur sortie de route.
Pendant ce temps, Grönholm faisait quasiment un sans-faute: deux victoires, quatre 2e places sur la route... dont une transformée en 4e place par une pénalité, au Portugal, et une 3e place, en sept rallyes. Un parcours digne de Loeb.

Ecologistes mécontents

Suivi comme son ombre par Mikko Hirvonen, vainqueur en Norvège, le grand Marcus ne parle plus de retraite et Ford mène largement au classement constructeurs.
Autre avantage pour la marque à l'ovale bleu, le nombre: sur les Focus de Ford-Stobart, l'équipe B, le jeune Jari-Matti Latvala, leader éphémère en Sardaigne, et Henning Solberg, frère aîné du champion du monde 2003, sont de plus en plus réguliers aux avant-postes.
En Grèce encore plus qu'ailleurs, les Ford-Stobart sont susceptibles de s'intercaler entre Loeb et Sordo, et même de prendre des gros points en cas d'incidents devant. Surtout dans la spéciale de 48,88 km, Agii Theodori (ES10, ES14), un marathon dans la caillasse où risque de se jouer le rallye, samedi pendant la 2e étape.
Heureusement pour l'intérêt du rallye, cette spéciale monumentale n'a pas été annulée à 15 jours du départ, comme deux autres (ES9, ES20) à cause d'écologistes grecs mécontents qu'on vienne casser des voitures dans la nature. Il reste donc 21 spéciales, soit 334 km chronométrés, pour départager les colosses du WRC.

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info