Rallye de Finlande

Un duel intense pour la victoire mais aussi dans l'optique du titre mondial. Avantage aux Finlandais


1re journée : Hirvonen en tête


JYVASKYLA Anciennement baptisé Rallye des 1000 Lacs, le Rallye de Finlande, 12e manche du Mondial , compte quasi autant de bosses sur lesquelles les virtuoses du WRC décollent comme les skieurs sur un tremplin olympique.

Des jumps spectaculaires que les meilleurs pilotes locaux connaissent quasi par cœur pour y avoir roulé leur bosse dès leurs débuts dans les championnats nationaux.

Et pourtant , parmi les deux prétendants à la couronne cette année, Mikko Hirvonen et Sébastien Loeb, seul le... Français s'est déjà imposé à Jyvaskyla, l'an dernier aux commandes de sa Citroën C4 WRC.

"J'ai perdu la course en lâchant trop de secondes en ouvrant la route le premier jour," se souvient le Finlandais de chez Ford, deux fois deuxième. "On s'est bien préparé pour remédier à cela."

Profitant de l'incroyable série noire dont est victime son principal rival, Hirvo, lauréat des deux dernières épreuves en Grèce et en Pologne, mène désormais le championnat pour un point et aura donc à nouveau le désavantage de s'élancer en premier ce matin.

"Je considère que je me trouve au départ d'un mini-championnat de quatre épreuves. A priori la Catalogne, sur asphalte, sera pour Loeb. Et moi je dois m'imposer chez moi."

En plus de l'avantage du terrain, Hirvonen, en pleine spirale ascendante, possède un atout psychologique sur un adversaire n'ayant vraiment plus droit à la faute après trois erreurs consécutives : "Celui qui abandonnera encore une fois aura sans doute définitivement perdu le titre ", analyse le quintuple champion du monde. "Pour moi, le championnat démarre aujourd'hui et je vise clairement un 6e titre. Dans cette optique, une chose est certaine : une victoire ici me redonnerait la main, tant sur le plan mathématique que mental. Je vais attaquer."

Le duel attendu entre Hirvonen et Loeb s'annonce donc capital à plus d'un... titre.

Pour arbitrer ce match au sommet, on devrait pouvoir compter sur Jari-Matti Latvala, lauréat en 2007. Capable du meilleur comme du pire, le Nordique aura à cœur de se racheter après sa grosse bourde polonaise. Mais n'osera sans doute plus prendre tous les risques afin de ne pas recevoir son bon de sortie(s).

Comme pour Loeb, Latvala partira avec un maximum de pression. Tout le contraire de l'ex-champion du monde de F1 Kimi Raikkonen participant pour la première fois à son événement automobile national aux commandes d'une Abarth Punto Grande S2000. En espérant qu'Iceman n'ait pas mal compris la signification du rallye des 1000 bosses . Chez Ferrari, on voudrait éviter de devoir chercher deux remplaçants pour Valencia...



© La Dernière Heure 2009