Exploit pour Loeb, plus que jamais leader du Mondial

KARLSTAD Depuis la rupture de direction assistée coûtant une petite minute au premier leader et triple vainqueur de l'épreuve Marcus Grönholm, vendredi dans la 3e spéciale de ce Rallye de Suède, on subodorait que l'hégémonie nordique sur la plus hivernale des épreuves du calendrier serait brisée.

Un honneur qui aurait logiquement dû échoir à Markko Martin. Mais alors qu'il possédait une demi- minute d'avance, le pilote Ford craqua sous la pression samedi midi dans la 11e spéciale. Comme ses pairs, Solberg (sur le podium tout de même), Sainz, Hirvonen, Carlsson, Duval ou Loix, l'Estonien ne put éviter de se planter dans un mur de neige. Et comme le bonhomme n'est pas du genre chanceux, une pierre enfouie dans la poudreuse arracha la roue arrière gauche. Dont coût : 6 minutes. Adieu victoire et tête des championnats pour le visage pâle Martin et Ford qui pouvait bien remercier le Finlandais Tuohino (4e avec deux scratches à la clé), nominé pour la première fois, d'avoir limité les dégâts en remplissant parfaitement son rôle. De quoi confirmer son ticket pour la Finlan- de.

Dès lors, c'est le vainqueur monégasque Sébastien Loeb qui signa l'authentique exploit de remporter son premier rallye non-asphalte, son 6e, sur le terrain de prédilection des dieux de la glisse et de la glace, invaincus depuis 52 ans.

Rapide comme en atteste ses quatre meilleurs temps (pour 8 à Grönholm), mais surtout le plus régulier des ténors, le Français de 29 ans a surtout su éviter les nombreux pièges d'un parcours se blanchissant au fil des jours. Du grand art ! Et lorsque Magic Marcus, revenu un instant à 25 secondes, se mit en tête d'aller le chercher, le pilote Citroën ne craqua point. Et c'est le chasseur finlandais qui tira en l'air ses deux dernières cartouches en envoyant sa 307 WRC dans deux tête-à-queue magistraux.

«Ce succès est certainement un des plus beaux de ma carrière», s'émerveillait le froid Alsacien qui en bissant ici son succès monégasque (seul Waldegard, Vatanen et Makinen réussirent ce superbe doublé avant lui) possède déjà sept points d'avance au championnat sur son plus proche rival, un certain Grönholm. «Gagner en Suède est un rêve. Ce fut une course très difficile. Pour s'imposer, il fallait rester concentré, ne pas s'énerver et surtout ne pas commettre de faute.»

Désormais, c'est confirmé, Seb et sa Xsara WRC sont capables de s'imposer sur tous les terrains. Et dans tous les championnats. A Grönholm, à Solberg, à Martin et à Sainz, les autres candidats au titre, de réagir dès le Mexique.

© Les Sports 2004