L'avant-dernier round du match Loeb-Grönholm se dispute au Rallye d'Irlande

SLIGO Rentrés dos à dos du Japon, victimes tous les deux d'une erreur éliminatoire, Marcus Grönholm et Sébastien Loeb reprendront, dès aujourd'hui, leur duel pour l'attribution du titre mondial.

A la veille de la courte (1,8 km) spéciale show de ce soir tracée autour du Parlement de Belfast, les deux prétendants à la couronne sont toujours séparés par quatre unités à l'avantage du Nordique. Autant écrire que le triple champion du monde français n'a plus aucun droit à l'erreur. Le pilote Citroën doit absolument profiter de ce déplacement sur un nouveau terrain lui étant a priori favorable pour réduire la marque. Mais attention, aux dires de tous, ce Rallye d'Irlande comptant pour la première fois pour le Championnat du Monde n'est vraiment pas une épreuve sur asphalte comme les autres. Et, à l'image du succès l'an dernier de la Subaru Impreza... Groupe N de Chris Atkinson (désormais épaulé par notre compatriote Stéphane Prévot), on pourrait assister au pays du Trèfle à quelques grosses surprises.

"Ce rallye ne ressemble à rien de ce que l'on a déjà pu affronter en Mondial," confirme l'Alsacien venu, comme son rival d'ailleurs, prendre quelques repères dans la région lors d'une joute nationale disputée voici quelques mois. "Les routes sont très rapides, étroites, bosselées, bordées de hauts talus avec de nombreux changements d'adhérence et un bitume déjà glissant sur le sec. Alors je ne vous raconte pas sous la pluie ! Le moindre écart se paiera cash. Il faut vraiment un feeling spécial. Pas évident à gérer lorsque vous savez que vous devez vous imposer."

De son côté, Marcus Grönholm ne se contentera pas de ramener les deux points encore nécessaires à Ford pour conserver la couronne des constructeurs. "Remporter les deux titres serait la manière la plus formidable de mettre un terme à ma carrière," répète le Finlandais dont l'objectif principal ce week-end sera de ne laisser aucune des 34 WRC au départ s'intercaler entre Loeb et lui. Histoire de pouvoir se contenter de suivre la C4 WRC de son rival lors de la finale galloise, fin du mois.



© La Dernière Heure 2007