C'est avec une grande tristesse que l'on a appris, ce jeudi, le décès de Jean Blaton, un monument du sport automobile belge.

Brillant homme d'affaire dans la construction, ce grand amateur de jazz avait l'esprit d'un véritable « gentleman driver », dans le bon sens du terme, mais était surtout un pilote de talent, véritable passionné.

Fan de Ferrari, il dispute les 24H du Mans à quatorze reprises entre 1958 et 1979, terminant 2e en 1963 sur une 250 GTO et décrochant quatre troisièmes places en 1959, 1962, 1965 et 1967. En plus de nombreux succès de catégories. De quoi devenir le pilote ayant signé le plus de podiums dans l'épreuve mancelle sans jamais la remporter, à égalité avec Bob Wollek et Henri Stoffel. Pilote de l'Ecurie Francorchamps et de l'Ecurie Nationale Belge, celui qui roulait sous le pseudo de « Beurlys » était aussi célèbre pour avoir financé les débuts du mari de sa nièce Catherine, un certain Jacky Ickx qui remportera, lui, le Mans à six reprises.

Sacré cinq fois champion de Belgique de Courses de Côte, Jean Blaton a roulé jusqu'à septante ans dans des courses historiques, le plus souvent avec des bolides au Cheval Cabré, mais aussi sur des Ford GT40, Lotus, Porsche, Lola ou De Tomaso.

Agé de 91 ans, l'homme qui possédait une impressionnante collection de voitures de courses dans sa villa du Bercuit, s'est éteint entouré des siens. Le grand oncle de Vanina, aura marqué l'histoire du sport automobile belge et laissera assurément un grand vide. Bonne route « Beurlys », un des derniers véritables grands seigneurs de notre sport auto.