Anthony Kumpen tient plus au titre FIA GT qu'à un succès aux 24H

FRANCORCHAMPS Vainqueur sous le déluge de la dernière manche FIA GT à Oschersleben, 2e à Adria, Anthony Kumpen aborde le rendez-vous le plus important de la saison FIA GT à la 2e place du championnat, à trois unités de la Maserati de Bartels-Bertolini. Associé aux Néerlandais Hezemans et Menten ainsi qu'à notre ex-pilote de F3000, Kurt Mollekens, sur la Corvette C6-R du team belge PK Carsport, le coq hasseltois emmène le front anti-Maserati.

Anthony, Corvette ou Maserati, à qui l'avantage ?

"La MC12 possède toujours un petit plus, surtout cette année suite au changement de pneumatiques. La FIA nous a imposé des gommes plus dures, celles avec lesquelles roulaient déjà les MC12 l'an dernier. Nous avons payé en début d'année notre manque d'essais privés. Mon équipier Mike Hezemans connaissait bien la C6-R mais pas les nouvelles enveloppes. On n'a pu résoudre notre souci de sousvirage que lors du warm-up à Oschersleben. Reste que la Maserati use toujours moins ses pneus grâce à son moteur central et un châssis mieux équilibré représentant un atout sur un circuit avec de grandes courbes rapides tel Spa."

À qui la victoire ce week-end ?

"Elle devrait se jouer entre notre Corvette et les deux Maserati de pointe. Le team de Bartels a beaucoup d'expérience. Sans l'erreur d'Éric Van de Poele, ils auraient remporté les quatre dernières éditions. Ce sont eux les favoris. Nous ne serons pas loin derrière..."

Laquelle des trois MC12 redoutez-vous le plus ?

"La n°1 des champions et leaders du championnat, Bertolini et Bartels. Leur seul petit point faible c'est le manque d'expérience sur 24 heures de leur 4e pilote, Negrao, qui est très rapide. Sur la 2, Pedro Lamy va rouler beaucoup. Alex Muller est aussi très rapide. Quant à la n°3, je ne comprends pas ce qu'elle fait là. Je ne lui donne aucune chance même de podium."

Et les deux autres Corvette ?

"Lors des deux dernières manches de deux heures, elles pointaient déjà un tour. Maintenant, les équipages et le staff ont été renforcés. Avec l'arrivée d'Oliver Gavin ou d'Enrique Bernoldi, elles peuvent se battre pour le podium."

Cette année, les 24 Heures ne rapportent plus que dix points au vainqueur à l'arrivée, comme une autre manche de 2h. Cela change-t-il la tactique ?

"Cela va sans doute partir moins vite vu qu'il n'y a plus de points après 6h et 12h. Mais avec huit courses seulement comptant pour le championnat cette année, chaque résultat est important."

Qu'est-ce qui vous tient le plus à cœur : gagner les 24H de Spa une première fois ou décrocher le titre FIA GT ?

"Je dirais la couronne en FIA GT car cela fait des années que je cours après. Aucun Belge n'a encore réussi à remporter ce championnat. Pour les 24H, je pourrai encore essayer pendant vingt ans. Il faut que je les gagne une fois."



© La Dernière Heure 2009