Que celui qui s'imagine que prendre part à un raid aventure comme le Land Rover G 4 Challenge demande juste une bonne condition physique, un goût poussé pour la conduite automobile, voire une facilité à lire une carte routière, se détrompe! Vivre l'événement de l'intérieur permet de poser un jugement plus approprié des performances signées par des hommes et des femmes qui ne vivent pas de la pratique d'un sport. Bien sûr, ils ont tout cela dans le sang et conçoivent pas un jour sans se bouger, reste que la résistance demandée pour finir un G 4 est énorme. Se lever à six heures du matin après une nuit passée sur un tapis de sol, par -10°, dans la poussière, sur des pierres; se lancer ensuite à fond à la poursuite du temps, à vélo, à pied, en kayak n'est que l'apanage de sportifs de très haut niveau. Pour preuve: ils n'ont ni le temps, ni la possibilité de s'adonner à une petite sieste, de recevoir un massage, ni même de prendre une douche. Pour eux, les footballeurs et autres basketteurs évoluent dans un cocon. Ce confort, ils n'y ont pas droit. Mais ne le recherchent nullement. Pour eux, s'alimenter de rations militaires relève du naturel. A part, ils cultivent leur marginalité. Parce que leur passion n'a pas de limites, ils dépassent les leurs. Avec le sourire. La joie du forçat, c'est un peu ça!

© Les Sports 2003