Laurens Vanthoor n'est assurément pas ressorti grandi ce week-end. Samedi soir, le Limbourgeois a ruiné les meilleures chances de Porsche de remporter les 24 Heures du Nürburgring 2022. A la fin de la longue ligne droite de Döttinger, le pilote de la 911 GT3-R n°1 "Grello" a livré un duel fratricide face à son frère Dries, pilote de l'Audi R8 LMS n°15 Phoenix Racing actuellement en tête de la course alors que l'arrivée est dans quatre heures. La suite a fait le tour des écrans : ne voulant pas céder face à son cadet, Laurens entrait en collision, perdait le contrôle et finissait dans les rails après une impressionnante embardée.

L'aîné des frères Vanthoor est clairement responsable en ayant voulu résister à un endroit très dangereux et où il n'y a pas la place pour passer à deux de front. Une guerre d'égos entre frangins qui a eu des conséquences désastreuses. Au lendemain de sa belle boulette, Laurens s'est exprimé sur les réseaux sociaux où il reconnait son erreur et les conséquences de son entêtement.

"Je ne serai probablement jamais prêt à mettre des mots là-dessus", commente Laurens. "Ce qui s'est passé hier était un cauchemar. Je sais que je suis plus intelligent en temps normal, je sais qu'il ne faut pas prendre autant de risques dans une course de 24h. C'est douloureux d'en parler en public, mais la raison est que je faisais la course avec mon frère"

"Mes émotions ont pris le dessus et mon cerveau a cessé de fonctionner", poursuit-il. "Nous sommes en compétition l'un contre l'autre depuis que nous sommes enfants, ne reculant jamais et préférant nous casser une jambe plutôt que perdre. Malheureusement cette compétitivité a pris le dessus hier. Je le regrette vraiment, ce n'était pas professionnel"

"Je n'ai absolument aucune rancune envers Dries, au contraire, je suis un frère très fier. À l'avenir, nous nous retrouverons au lieu de nous battre. Aujourd'hui est un jour noir dans ma carrière. Je le regretterai pendant très longtemps mais c'est ainsi que fonctionne la vie", conclut Vanthoor.

Reconnaître ses torts est déjà un point positif et un signe de clairvoyance. Mais gageons qu'à Zuffenhausen, cela ne suffira pas et que des oreilles vont siffler...