Moto GP. L'Australien s'est contenté de la 6e place d'une course magistralement remportée par Capirossi

MOTEGI A 21 ans, Casey Stoner a décroché, dans le fief même de Honda, son premier titre de champion du monde. C'est aussi la première consécration en Moto GP de la petite équipe Ducati qui domine le championnat des constructeurs depuis le début de la saison. Mais, cette fois, Stoner est loin d'avoir livré sa plus belle prestation de l'année au Pays du Soleil Levant. Lui qui nous avait habitués à des courses remportées haut la main au guidon de sa surpuissante Desmosedici s'est contenté cette fois d'une sixième place, sans prendre le moindre risque sur un tracé rendu humide par les pluies matinales. Mais le résultat était mathématiquement suffisant pour lui assurer la couronne mondiale puisque Rossi, seul pilote encore capable de retarder son sacre, n'a terminé que 13e en raison de problèmes pneumatiques. Vainqueur de huit courses cette saison, auteur de dix podiums et de cinq poles au guidon de sa Ducati, Stoner succède à Nicky Hayden au palmarès mondial.

"Ce titre conquis dans des conditions climatiques délicates est inespéré, c'est un véritable soulagement. Rien n'a marché comme je le souhaitais en course. J'ai même pensé que je devrais remettre les choses à plus tard. Mais Rossi a également rencontré des problèmes et je suis parvenu à rester devant lui, ce qui était l'objectif."

Et si le nouveau patron de la discipline s'est contenté des seconds rôles, la victoire n'a pas échappé à l'écurie transalpine dirigée par Livio Suppo. Vainqueur des deux dernières éditions, Loris Capirossi a signé un fantastique triplé hier à l'issue d'une course à la hiérarchie très mouvante sur une piste mouillée. Réalisant des chronos impressionnants, le futur pilote Suzuki a succédé en tête à Pedrosa, West et Melandri qui avaient mené la danse à tour de rôle.

Repassé par son stand au 10e tour pour changer de gommes, Capirex, reparti en slicks Bridgestone, n'a laissé aucune chance à la concurrence. Pas même à Rossi, un moment en lutte pour la victoire derrière Melandri mais, victime d'un problème de pneus, le pilote Yamaha rentrait aux paddocks et perdait tout espoir de podium. Il terminait 13e alors que Pedrosa, détenteur de la pole position, n'avait pas plus de chances en chutant au moment où Rossi connaissait des difficultés.

Intouchable durant la seconde partie de la course, Capirossi franchissait la ligne d'arrivée avec dix secondes d'avance sur De Puniet tandis qu'Elias prenait l'ascendant sur Guintoli pour la conquête de la 3e marche du podium.



© La Dernière Heure 2007