Dans le cadre de la Clio européenne

ENNA-PERGUSA Le Super Meeting FIA GT se perdra ce week-end, pour son troisième rendez-vous de la saison, dans le chaudron d'Enna-Pergusa, en Sicile. Un déplacement coûteux sur un circuit peu intéressant et très dur pour les transmissions, composé de longues lignes droites et de chicanes de pneus que certains n'ont pas jugé opportun d'inscrire à leur calendrier. Ainsi, les responsables de la nouvelle Formula Renault V 6 ont-ils tout simplement, sur demandes des teams et des pilotes, préféré annuler cette course. L'équipe championne en titre en FIA GT, Larbre Compétition, a, elle, décidé de déclarer forfait. Pour cette manche et peut-être aussi malheureusement pour la suite du championnat, la perte de Chereau (faillite) se faisant trop cruellement ressentir. «A moins de trouver deux bons pilotes payants, Jack Leconte devrait désormais uniquement se concentrer sur les rendez-vous du Mans et de Francorchamps!» indique Vincent Vosse qui rejoindra normalement en ces deux occasions les titulaires Bouchut et Belloc. Des endurances de 24 Heures où la vieillissante Chrysler Viper a encore son mot à dire face aux plus modernes et désormais plus véloces Ferrari 550 Maranello (celle de Biagi-Bobbi a remporté les deux premières joutes), Lister Storm ou Saleen composant désormais le peloton de tête d'une FIA GT où notre compatriote Anthony Kumpen sera (avec son équipier Hezemans) le dernier digne représentant d'une race en voie de disparition. «Sur un circuit particulier comme Enna, je crois que notre Viper Carsport Force One chaussée de Pirelli aura encore une possibilité de s'illustrer. A Magny-Cours, nous occupions quand même encore la deuxième place au moment de notre abandon. Si pour une fois la chance voulait être avec nous...»

Mollekens retrouve Bouvy

Bert Longin (remplacé ce week-end à Francorchamps par Kurt Mollekens sur la Porsche Biturbo Belcar de Bouvy) ne possédant pas encore de l'expérience et de l'équipier indispensables pour s'imposer en N-GT avec sa Porsche Freisinger, c'est sur les épaules de notre collègue Stéphane Lémeret que reposent toutefois nos plus grands espoirs de voir le drapeau noir jaune rouge hissé au-dessus du podium sicilien. Après sa brillante deuxième place sous la pluie à Magny-Cours, le champion de Belgique 2002 ne souffre plus d'aucun complexe face à la concurrence européenne. «Psychologiquement, c'est important que mes adversaires aient appris à me connaître. Cela me permettra d'être plus respecté dans le peloton! estime le pilote-journaliste qui découvrira, comme beaucoup, cette piste. Les Italiens comme le leader du championnat Rangoni risquent d'y être avantagés, notamment en matière de réglages. Avec de gros vibreurs à l'amorce de chicanes bordées de pneus et des portions très rapides, il faudra trouver le compromis idéal. Pas facile avec seulement deux séances d'essais libres ce vendredi. Mais je ne vais pas me mettre martèle en tête. Désormais, je n'ai plus aucun complexe et j'espère bien conforter ce week-end une position dans le Top 5 du championnat (actuellement 4e ) contractuellement indispensable à la mi-championnat pour que Renault Belgique Luxembourg finance la deuxième moitié de ma saison.» Un objectif visiblement à la portée du leader du championnat BTCS. Décidément, Stéphane Lémeret a plutôt le vent en poupe en ce début de saison.

© Les Sports 2003