La légendaire course américaine subit à son tour les effets de la crise du Covid-19.

C'était à prévoir. Alors que la situation aux États-Unis est en train de s'aggraver avec une multiplication du nombre de contaminés au Covid-19, les organisateurs des 500 Miles d'Indianapolis, qui avaient avoir lieu à la fin du mois de mai, se sont retrouvés au pied du mur. Décision a été prise de reporter la plus grande course américaine à la date du 23 août, dans l'espoir que la pandémie s'atténue d'ici là. En outre, le Grand Prix d'Indianapolis, qui se tient sur le circuit routier, a été recasé au 4 juillet, jour de fête nationale aux USA.

"Le mois de mai, sur l’Indianapolis Motor Speedway est mon moment préféré de l’année", explique Roger Penske, le patron de l’IndyCar et de l’équipe éponyme. Comme nos fans, je suis déçu de devoir décaler la date de l’Indianapolis 500. Pour autant, la santé et la sécurité de nos participants et spectateurs reste notre priorité, et nous pensons que le report de l’événement est une décisions responsable en lien avec les conditions et restrictions que nous affrontons."

"Nous continuerons de nous concentrer sur la manière de renforcer l’expérience des spectateurs dans les mois à suivre, et je suis confiant quant au fait d’accueillir le public avec des installations modifiées et un spectacle de premier choix."

Il n'est donc pas encore question d'annulation mais, si cela se produit, ce serait une première depuis les deux guerres mondiales quand les États-Unis ont officiellement rejoint les hostilités (1917-18 et 1942-45). Par ailleurs, l'IndyCar a présenté un calendrier 2020 remanié avec un coup d'envoi prévu les 30 et 31 mai dans les rues de Détroit tandis que la dernière course confirmée aura lieu à Laguna Seca le week-end du 20 septembre. A noter qu'une date doit encore être trouvée pour St-Petersburg.