Rallye du Mexique

Duval est troisième malgré lui

LEN Contrairement aux classements reçus à la fin de la première journée, ce n'est pas Petter Solberg qui pointait en tête à l'heure de prendre le départ de la seconde étape. En effet, le Suédois se voyait pénalisé de cinq minutes pleines à la suite d'une poussette de ses mécaniciens dans le parc fermé. Du coup, c'est à nouveau le Français Sébastien Loeb qui s'installait en tête du classement provisoire à l'heure d'aborder les six spéciales du jour. Mais le bonheur de l'Alsacien allait être de courte durée. Trahi par la mécanique de sa Citroën Xsara WRC (carter d'huile), il était contraint à l'abandon à l'issue de la sixième spéciale alors que les mécaniques Peugeot se sont enrayées. Que ce soit Grönholm ou Rovanperä. Le premier a dû composer avec d'incessants problèmes de direction assistée tandis que le méchant Harry, lui aussi retardé par le bris d'une biellette de direction, ne profitait guère du hold up réalisé à l'encontre de notre compatriote Freddy Loix. Quelle va être la prochaine décision de Corrado Provera, passé maître en gestion expresse des pilotes?

Tous ces faits de course souriaient à deux hommes: Markko Martin et Carlos Sainz. Peu à son affaire lors de la première journée de course, la Ford Focus WRC 03 et l'Estonien ont retrouvé des couleurs ce samedi en s'emparant de la première position. Un moment dans son sillage direct, le Matador a très vite lâché prise. Troisième, un excellent François Duval accomplissait la course que l'on attendait pas de lui. Sans contrarier les consignes de son patron, le Namurois s'installait sur la dernière marche du podium provisoire en creusant un écart conséquent sur le Finlandais Mikko Hirvonen (Subaru Impreza WRC 04). Cinquième à des années-lumières, son équipier Petter Solberg signait tous les meilleurs temps de la journée, histoire de confirmer tout le potentiel entrevu à l'occasion de la première sortie de l'Impreza 04.

Mais le meilleur était à venir lorsque dans les deux derniers chronos du jour, Françaois revenait sur son idole, Carlos Sainz. Nos impératifs de bouclage nous empêchaient de connaître le dénouement de ce duel somptueux mais nous vous donnons d'ores et déjà rendez-vous dans notre édition de ce lundi pour en connaître l'issue, quelle soit heureuse ou malheureuse pour notre compatriote...

© Les Sports 2004