Après un passage à vide, Mikko Hirvonen est distancé

CARDIFF Face à un ogre tel que Sébastien Loeb, la moindre faute, la moindre approximation ou la moindre baisse de régime se paye cash. Hier, Mikko Hirvonen l’a appris à ses dépens. Alors qu’il avait bien entamé la deuxième étape en signant le meilleur temps dans le chrono initial, revenant à moins de trois secondes de son adversaire, le pilote Ford s’effondrait dans les spéciales de Crychan puis Halfway, perdant plus de 20 secondes. Et face à Loeb, 20 secondes représentent un gouffre… “Je ne sais pas ce qu’il se passe” , lâchait, dépité le Finlandais, au moment de rejoindre son assistance. “C’est comme s’il y avait quelque chose de coincé quelque part qui nous prive de puissance en ligne droite et à la sortie des courbes…”

Après avoir examiné la Focus du leader actuel du championnat, les techniciens de M-Sport étaient dubitatifs. Malcolm Wilson aussi : “C’est un mystère. Nous avons analysé les données et tout semble correct. Mikko s’est plaint d’un manque de puissance mais il ne perd du temps que dans certaines sections alors qu’il est aussi vite que Sébastien dans d’autres.”

Même s’il signait, comme le matin, un meilleur temps dans le premier chrono de la seconde boucle, il concédait à nouveau une petite poignée de secondes à son adversaire. “Demain, c’est la dernière journée de course de l’année et je n’ai qu’une seule option : rouler à fond !” reconnaissait Hirvonen.

Nanti d’une avance de trente secondes, Sébastien Loeb peut en principe voir venir : “Pour nous, ce fut une excellente journée, sans la moindre petite erreur.”

Alors en pleine bagarre avec Dani Sordo pour le gain de la troisième place, Petter Solberg a perdu du terrain le matin, sous la pluie, à cause de problèmes d’essuie-glace. Plus tard, une petite sortie de route lui coûtait encore quelques secondes. “Que voulez-vous ? Cela arrive” , se marrait le Norvégien. “Ce fut une très bonne journée pour nous puisque nous avons pu hausser le rythme en étant très proches de Loeb.”

Sébastien Loeb n’est plus qu’à quatre spéciales de son sixième titre mondial. À peine un peu moins de 80 km contre le chrono…



© La Dernière Heure 2009