Pas encore rassasié, le pilote Citroën visera un 7e titre mondial en rallye. Et tant pis pour la F1...

CARDIFF Sacré champion du monde pour la sixième fois consécutive au terme d’un superbe sprint final face à Mikko Hirvonen, Sébastien Loeb, 35 ans, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Au sommet de son art, le pilote Citroën aux 54 victoires en WRC veut continuer encore à gagner en rallye.

Sébastien, comment appréciez-vous ce 6e titre par rapport aux cinq précédents ?

“C’est un des plus beaux sans doute avec le premier car cela a été un des plus difficiles à remporter. Il a fallu se battre jusqu’au dernier rallye, jusqu’au dernier jour. D’autres fois, en décrochant le titre plus tôt dans la saison, je savais que je pouvais toujours compter sur une chance supplémentaire. Cette fois, il n’y avait pas de repêchage. J’ai démarré au pays de Galles avec un point de retard. J’étais obligé de battre Mikko Hirvonen. Il y avait beaucoup de pression, de stress. C’était très excitant et cela rend ce titre formidable.”

Comment jugez-vous la prestation de Mikko Hirvonen ?

“Il aura été jusqu’au bout un grand rival, rapide, superrégulier, ne commettant aucune faute. Nous savions que l’un d’entre nous allait être heureux et l’autre déçu. À l’arrivée, j’étais désolé pour lui. Je sais ce qu’il ressent. Mais il a fait une très belle saison. Si ce titre est si beau, c’est en partie grâce à lui.”

Après ce 6e sacre, voulez-vous encore continuer en WRC ?

“Plus que jamais. Après un duel comme celui-là, surtout quand vous le gagnez, vous n’avez pas envie de songer à la retraite. Je pilote car j’aime ça. Ici, j’ai pris un plaisir de fou. J’espère pouvoir continuer tant que j’en aurai envie et que je serai motivé. Citroën m’a proposé une prolongation de contrat de deux ans que je vais bien sûr signer. Mikko sera encore plus fort en 2010. Le combat pour égaler le record de titres mondiaux sur quatre roues de Schumi sera rude et donc palpitant.”

Pas trop déçu de ne pouvoir fêter votre nouveau sacre en roulant en GP F1 à Abu Dhabi ?

“Non car je n’y ai jamais vraiment cru et ce n’était pas réellement un objectif. De toute façon, je ne répondais à aucune condition pour obtenir la superlicence. Si l’opportunité avait été là, je l’aurais saisie, j’aurais relevé le défi. Maintenant, mon but sur piste est de disputer les 24H du Mans sur une auto pour gagner.”



© La Dernière Heure 2009