Chaque année, c’est le même refrain. Toto Wolff et ses sbires s’amusent à jouer les faux modestes au moment de baptiser leur nouvelle monoplace. La présentation de la W12, qui est une version mise à jour de ses devancières qui ont tout écrasé ces dernières saisons, ne fait pas exception à la règle.

Toto pourrait y aller franco et dire : "On va une fois de plus tous vous écraser !"; ou encore : "Nous serons imbattables pour une nouvelle saison supplémentaire." Mais non. Le businessman autrichien la joue low profile, comme toujours. Le politiquement correct a de beaux jours devant lui à Brackley. "Chaque année, nous repartons de zéro et 2021 ne fait pas exception à la règle, indique Wolff. Nous savons que si nous n’accomplissons pas le meilleur job chaque jour, nous pourrions finir par être battus ; cette idée me terrifie. Voilà pourquoi je préfère faire preuve de prudence. Je n’ai pas de boule de cristal."

Cela pourrait bien être la dernière année qu’on voit une Benz se parer de noir. Lewis Hamilton, qui est l’instigateur de ce changement de déco amorcé l’an dernier, continue de se montrer évasif quant à son futur. "LH44" repartira pour une 8e couronne mondiale. Avant de prendre la porte. "Je n’ai pas besoin de regarder loin dans le futur. Resigner pour une seule saison me suffit", avoue-t-il.

Ce qui devrait être un grand huit historique pourrait donc marquer la fin d’une ère. Un certain George se frotte les mains.