Michel Vaillant, c'est lui!

Moteurs

Olivier de Wilde

Publié le

Neugarten, doublure de Michel Vaillant dans le dernier film de Luc Besson

SPA Venu de Monaco pour présenter ce week-end en Belcar la très jolie Mosler avec laquelle le team Perspective et lui remportèrent leur catégorie GTS aux dernières 24 Heures de Daytona, Michel Neugarten, le crâne rasé, risque de faire plus peur à ses rivaux dans le paddock que sur la piste: «J'ai dû adopter ce look pour le premier film où je joue à visage découvert, raconte cet ex-gentleman-driver devenu un excellent pilote de GT, mais aussi une parfaite doublure pour toutes les scènes d'action automobile. Au départ, c'est un court-métrage intitulé Les Acharnés, dans lequel je joue le rôle d'un Serbe, bras droit de Paul Belmondo.»

Mais si Neuneu n'est pas encore prêt pour Cannes ou les Oscars, il sera pourtant à l'affiche (ou du moins au générique) d'un très grand film, Michel Vaillant, la dernière oeuvre du cinéaste français Luc Besson (on lui doit notamment le magnifique Grand Bleu) dont la sortie en salle est prévue le 19 novembre prochain. «Un film qui va cartonner un maximum, indique le belgo-monégasque effectuant déjà la majorité des cascades dans Ronin (où il doublait De Niro) et la série des Taxi. Cela va abattre Taxi au niveau popularité. On va distribuer la semaine prochaine au Mans un DVD avec 8 minutes de making of pour mettre les gens en haleine. Le scénario racontant l'histoire du team Vaillant opposé à une écurie mal-intentionnée comme il ne peut en exister que dans les BD est vraiment génial. Cette fois, on ne montre plus le mauvais exemple en faisant les fous en pleine ville. La majorité des scènes d'action se déroule sur circuits, au Mans ou à Magny-Cours, ou sur routes fermées, au Canada ou dans les alpes françaises pour les images de rallye. Dès que j'avais le casque de Michel Vaillant sur la tête et que je me glissais dans le baquet de la Vaillante (un châssis Lola pour le proto et une base de Peugeot pour les rallyes), je devais jouer le rôle que je connais le mieux, celui de pilote se battant avec la Leader du méchant Bob Cramer à plus de 300 km/h où résistant à ses coups de pare-chocs sur des petites routes de montagne.»

Plus que cela, la doublure du jeune acteur français Sagamore Stevenin (Vaillant dès qu'il enlève son casque) a eu une véritable responsabilité au niveau de la mise en scène des nombreuses séquences de course dont le tournage a débuté l'an dernier, aux 24 Heures du Mans, où la Vaillante et la Leader participèrent réellement. «Je servais en fait d'intermédiaire entre le réalisateur et l'équipe de pilotes expérimentés composée notamment de Marc Duez, mais aussi des Français Clérico, Policand et Vaisson et du Britannique McCarthy. Je leur expliquais ce qu'ils allaient devoir faire. Je me souviens qu'au Mans, je devais suivre la Leader de très près sans jamais pouvoir, à ce stade du film, la dépasser. Les commissaires qui n'étaient évidemment pas au courant ont dû agiter 300 drapeaux bleus pour faire signe au pauvre Policand de me laisser doubler.»

De cette adaptation au grand écran des oeuvres du dessinateur belge Jean Graton, Michel Neugarten retiendra aussi sa complicité avec Louis Pascal Couvelaire, qui a filmé 99% des images.

© Les Sports 2003

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info