Le nouveau barème de primes d'arrivée imposé aux Championnats du Monde attise un vent de contestation.

BRUXELLES Ce n'est pas la joie dans le peloton des pilotes de Grands Prix. On pourrait même écrire qu'on tire sérieusement la g... devant les nouvelles modifications du règlement des championnats du monde et surtout de l'attribution des primes d'arrivée et de déplacement.

A croire qu'à chaque changement de promoteurs, comme c'est le cas cette année en motocross, ceux-ci, non content d'imposer des modifications (parfois à bon escient reconnaissons-le), s'évertuent à casser les acquis positifs des précédents.

Si tout le monde applaudit au retour aux deux manches proposé par Giuseppe Luongo, le nouveau maître du mondial de cross, les sourires se figent lorsqu'on se penche sur le barème des primes établi pour récompenser la prestation des concurrents.

D'abord les vedettes ne sont pas sur un pied d'égalité, celles du MX 1 (450cc) obtenant quasi une fois et demie plus que celles du MX 2 (125cc) et... 13 fois d'avantage que celles du MX 3 (650cc), il est vrai rétrogradé à un statut européen. Ainsi pour une victoire de manche Everts et compagnie obtiendront 4.000 € alors que Caps et ses adversaires devront se contenter de 1.500€ et le successeur de Joël Smets d'à peine 300.

Contrairement au passé ces primes seront maintenant payées aux teams et non directement aux pilotes, ce qui n'est pas sans rendre caducs certains contrats passés entre les écuries et leurs représentants et signés avant l'annonce de cette nouvelle disposition.

Et les autres?

Huit mille euros pour une double victoire en MX 1, de quoi les champions se plaignent-ils?

De rien a priori, sinon que cette nouvelle distribution de la manne financière s'arrête à la dixième place et c'est tout! Si vous finissez onzième, vous ne toucherez pas un écu pour votre prestation, pas même des frais de déplacement. Car, dans la foulée, les frais de voyage en Europe ont été supprimés, des interventions, toujours distribuées aux teams, n'étant prévues que pour les expéditions outre-mer en fonction des classements acquis.

Ainsi vingt des trente pilotes admis à la barre de départ feront le spectacle gratis pro deo. On comprend que le gros du peloton n'est pas très heureux et envisage très sérieusement un boycottage pur et simple. Il n'aurait pas tort car tout travail ne mérite-il pas de salaire ?

Imaginez qu'un réalisateur de film ne rétribue que les premiers rôles, laissant les seconds sans un rond, ou, que lors d'un concert, seul le chanteur soit payé sans tenir compte de l'orchestre...

Loin de nous de faire les comptes du promoteur qui se targue d'offrir 50.000€ de prime par Grand Prix réunissant MX 1 et MX 2, mais vu les prix d'entrée demandés au public, cela ne fait jamais que le débours de 2.000 à 2.500 spectateurs.

Quand on sait que le Motocross des Nations a accueilli 23.000 personnes, cela laisse pantois.

© Les Sports 2004