Six pilotes élites pour doper sept rendez-vous

BRUXELLES Il a connu ses heures de gloire, mais a aussi traversé une belle période de vaches maigres. Ils se sont trouvés dévalués par l'absence des ténors, pour aujourd'hui retrouver le lustre des joutes d'antan. Nous voulons parler du championnat de Belgique de motocross dont le coup d'envoi sera donné ce dimanche à Mons.

Depuis deux ans, les dirigeants de la F.M.B. se sont attelés à lui redonner vie. Car, étrangement, alors que notre pays regorge de vedettes mondiales, le championnat de Belgique allait à vau-l'eau. La raison? Principalement cette pléthore de vedettes qui trouvaient hors de nos frontières des compétitions valorisant mieux leurs pouvoirs d'achat. Pour qu'une course au titre national présente une quelconque valeur, il fallait absolument que nos champions y participent.

Une vaste table ronde fut tenue avec toutes les parties prenantes, pilotes et managers y compris, mais aussi sponsors indispensables pour la viabilité du projet. Dans un premier temps, l'an dernier, cinq épreuves nationales étaient reprises, mais surtout on garantissait aux pilotes vedettes des primes de départ, complément des primes d'arrivée habituelles. Ce fut un succès et un suspense jusqu'à l'ultime rendez-vous. D'autant que cette formule en cinq épreuves de trois manches chacune était aussi ouverte aux étrangers, qui, même s'ils se présentaient au coup par coup, perturbaient les meilleurs pronostics.

Pourquoi changer une formule qui a fait mouche? C'est donc très logiquement que les responsables fédéraux viennent de la reconduire mais avec quelques modifications dictées par l'expérience. D'abord de cinq épreuves, on passe à sept rendez-vous, soit 21 occasions de marquer des points ou d'en perdre. Etalées de mars à septembre, ces épreuves obligeront une longue période de forme et de chance. Ensuite la liste des pilotes élites s'affermit. Aux côtés d'Everts, Smets et Bervoets, les fers de lance 2003, on retrouve encore Cédric Mélotte, Steve Ramon et Patrick Caps qui ne disposaient pas du même statut l'an dernier.

Ces six vedettes ont signé un accord financier garanti pour l'ensemble de la compétition (on parle de 5.000 euros par épreuve pour Everts et Smets). En complément, l'organisateur est libre d'engager d'autres pilotes, mais avec, comme au Lotto, sponsor principal, ces six bons numéros, il a déjà l'assurance de tirer le gros lot. D'autant que chacun est soutenu par une masse de supporters (donc de spectateurs potentiels) et que si un titre belge ne vaut pas une couronne mondiale, la fierté de ces champions les uns vis-à-vis des autres, joue à fond.

Dans la foulée, les responsables fédéraux ont aussi remanié le championnat réservé aux 125cc. Ces mêmes épreuves seront ouvertes aux Nationaux, Inters et Etrangers, mais ici il ne s'agira que de débats en deux manches, toujours de 20 minutes plus deux tours.

CHAMPIONNAT DE BELGIQUE

Le calendrier

14 mars Mons11 avril Neeroeteren9 mai Kester18 juillet Watchtebeke15 août Mol22 août Orp le Grand19 septembre Mont-Saint-Guibert

© Les Sports 2004