Championnat du Monde : après 15 jours d'arrêt, reprise en France

SAINT-JEAN-D'ANGÉLY La 7e manche du Mondial débutera ce dimanche par une minute de silence à la mémoire de Jan De Groot qui, à 61 ans, vient de nous quitter après une longue maladie. Le préparateur néerlandais faisait partie depuis de très longues années du monde du motocross et, à partir de 1994, a notamment permis à Kawasaki de conquérir ses premiers titres mondiaux. Il peaufina les motos vertes d'Albertijn, de Tortelli ou de Maschio mais eut aussi sous ses ordres Stefan Everts, Marnicq Bervoets ou encore Kevin Strijbos.

C'est donc le coeur lourd que son pilote du moment, Billy McKenzie, vainqueur du récent Grand Prix du Japon, se présentera au départ. L'Écossais avait déjà dédié sa victoire nippone à son mentor alors hospitalisé.

Après une année d'absence, le Mondial Circus retrouve le circuit bordelais puisque l'an dernier, ce fut le tracé d'Ernée qui accueillit les protagonistes des championnats. En 2005, Saint-Jean-d'Angély n'avait pas porté chance aux Belges mais avait permis à Joshua Coppins, déjà lui, de grimper sur la seconde marche du podium, aux côtés de Townley, maintenant exilé aux États-Unis, et Pichon, aujourd'hui en semi-retraite. Avec sa 4e place, Everts avait sauvé l'honneur car Ramon pointait seulement 7e alors que Strijbos et De Dycker étaient relégués respectivement en 19e et 20e positions ! On croise les doigts pour que les choses changent et que les nôtres retrouvent des rangs plus dignes de leur réputation.

Naturellement, comme depuis le début de saison, c'est toujours Coppins qui fait office d'homme à battre. D'ailleurs, tous ses rivaux prient pour que le Néo-Zélandais connaisse un petit pépin mécanique qui permettrait de les relancer dans la course au titre et surtout de réduire l'écart déjà conséquent que Joshua s'est forgé en ce début de saison. L'ennui est que la Yamaha héritée d'Everts est solide et n'a jamais dû rentrer prématurément aux stands au cours des trois dernières saisons. Néanmoins, même s'il devait abandonner lors des deux manches françaises, Coppins conserverait la tête du championnat. C'est dire qu'il peut tranquillement faire sa course et abandonner les miettes des victoires partielles, voire des GP aux Strijbos, Ramon, Pourcel, Philippaerts, Barragan ou McKenzie.

Par contre, Antonio Cairoli, le très solide leader de la MX2, aura soif de revanche. Voici deux ans, sur ce circuit, il fut interdit de départ après une vigoureuse altercation avec son compatriote Guarneri aux essais. Encore faut-il que, devant son public, Christophe Pourcel le laisse faire!


© La Dernière Heure 2007